Accord de pêche: Le Parlement européen soutient le partenariat renouvelé avec le Sénégal




Les députés du Parlement européen ont adopté une résolution qui prévoit le soutien à la lutte de l’État du Sénégal contre la pêche illégale par le renforcement du contrôle des navires dans le port de Dakar, le développement des capacités scientifiques et la collecte de données. La résolution, votée par 583 voix pour, 43 contre et 60 abstentions, recommande en bloc plusieurs actions prioritaires en matière d’appui sectoriel, selon un communiqué. Ses points concernent, en outre, la modernisation du contrôle de la pêche par l’amélioration du repérage par satellite des navires de pêche et l’utilisation des journaux de bord électroniques. La contribution financière annuelle de l’Union européenne est de 1,1 milliard de FCfa, dont plus de 520 millions de FCfa de droits d’accès aux eaux sénégalaises. La somme restante sert à fournir un soutien sectoriel au développement de la politique de pêche du Sénégal, notamment par l’amélioration du contrôle de la pêche, le développement de la recherche et de la collecte de données dans le domaine de la pêche et la certification sanitaire des produits de la pêche.

Les parlementaires européens avaient, dans un premier temps, approuvé la conclusion du protocole renouvelé offrant des opportunités aux pêcheurs français, espagnols et portugais. Le texte a été adopté par 524 voix pour, 47 contre et 115 abstentions. Les négociations pour un nouveau protocole de cinq ans ont débuté le 19 juillet 2019 et le partenariat de pêche durable conclu s’applique, de façon provisoire, depuis sa signature le 18 novembre 2019. Le protocole prévoit des possibilités de pêche pour un maximum de 28 thoniers senneurs congélateurs, 10 canneurs et 5 palangriers d’Espagne, du Portugal et de la France (10 000 tonnes par an), ainsi que des possibilités de pêche au merlu noir pour 2 chalutiers espagnols.

Mamadou Oumar KAMARA

Alioune Ndoye s’explique
Le ministre des Pêches et de l’Économie maritime, Alioune Ndoye, était, hier, à Saint-Louis pour échanger avec les acteurs de la pêche sur les problèmes du secteur. À cette occasion, il est revenu sur les accords signés avec « l’Union européenne (Ue) depuis fin 2009 ». Il a souligné que pour cette entente, l’Ue est autorisée à pêcher 10 000 tonnes de thon et 1750 tonnes de merlus. En comparaison, il a rappelé que pour les licences avec « la République islamique sœur de Mauritanie, nous avons un accord qui permet aux pêcheurs de la Langue de Barbarie de pêcher 50 000 tonnes ». Il a encouragé les pêcheurs à respecter les accords signés avec la Mauritanie




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.