Documents : La vérité sur les 4 milliards de l’affaire Batiplus




Documents : La vérité sur les 4 milliards de l’affaire Batiplus

Selon des documents exclusifs parcourus par Confidentiel Lettre Quotidienne (regardez en page 2), la gendarmerie a saisi 525 497 000 francs, 73 590, euros, 1350 dollars, le 20 mars à 16 heures, chez le libanais Hassan Hashim. Ce jour là, le capitaine Oumar Touré, officier de police judiciaire, assisté d’Amadou Diallo, gendarme, tous en service à la section de recherches de la Caserne Samba Diéry Diallo, se présente au 38, rue Galandou Diouf, siège du magasin d’Hassan Hashim. Un hangar d’exposition de boissons sucrés, de bonbons et de bureaux. Dans son bureau personnel, les gendarmes découvrent un coffre qui est ouvert en sa présence. Les sommes évoquées plus haut y sont découvertes. Le procureur de la République est informée séance tenante et l’argent est consigné et déposé à la Caisse de dépôts.

Les montants visés concernent bien alors à peu près 575 millions en devises locales et étrangères, trouvés chez Hassan. Toujours dans la même affaire, les gendarmes ont saisi chez Aïdar Soufan, la somme de 48 millions 483 Mille francs, 21 230 euros et 9350 dollars. Au total, les montants saisis en monnaie locale et étrangères, selon le cours des devises ne dépassent pas 640 millions.

Les 4 milliards évoqués dans la presse ne concernent nullement une saisie financière, mais la totalité des sommes consignées dans un document de 65 pages, que Rachelle, la gardienne du coffre a remis au même Hassan. Les enquêteurs ont bien indiqué dans leurs différents rapports qu’il ne s’agit nullement de sommes découvertes, mais des montants totaux retrouvés dans la description faite par Rachelle des sommes envoyées quotidiennement à Hassan Hashim.

Devant les enquêteurs, Hashim, indique : « que Batiplus déposait cet argent par l’intermédiaire de Moussa Fall (un agent de Batiplus, ndlr) pour venir le récupérer le lendemain ». Il indiquera que c’est sur la base de la confiance que le directeur général de Batiplus lui confiait tout cet argent et qu’il « voulait rendre service ».




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.