ÉMIGRATION CLANDESTINE : BOUBACAR SÈYE CHARGE LOURDEMENT LE POUVOIR




infos15.com

Le Président de l’Organisation internationale de défense des migrants (OIM), Boubacar sèye, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a lourdement changé le pouvoir , coupable à ses yeux d’avoir favorisé par son incompétence l’émigration clandestine.

Dans un entretien avec Le Témoin, il revient sur l’urgence du péril migratoire massif et clandestin qui prévaut actuellement dans le pays. Pour l’humanitaire, la résurgence de ce phénomène au bilan macabre constitue un des prémices d’un chaos économique qui guette le sénégal. «Dans des pays comme le nôtre, cette ruée massive des jeunes en Occident, dans des embarcations de fortune, n’est qu’une résultante des problèmes de mauvaise gouvernance qui obstruent les perspectives d’épanouissement des couches vulnérables que sont la jeunesse, les femmes et autres. Ils sont en quête d’un avenir digne.

Et il faut dire que le doute a tellement perforé leur environnement psycho- sociologique au point que ces gosses-pensent qu’ils ne peuvent plus réussir dans leur pays. C’est pour- quoi, il va y avoir une intensification de ces flux migratoires clandestins», alerte le président de l’ONG horizon sans Frontières dans un entretien avec Le Temoin.

Se fondant sur les lendemains sombres annoncés pour l’ère post-covid19 au sénégal, il enchaîne: «Les indicateurs macro-économiques sont au rouge au Sénégal. On note des vagues de migrants partout. Il faut s’attendre au pire parce qu’il y a eu un échec total dans la prise en charge de cette question. Beaucoup d’argent a été injecté mais rien de concret.

Les dirigeants ont encaissé des milliards de la part des pays occidentaux pour mener des politiques d’emplois en faveur de ces jeunes, mais rien n’a été fait en ce sens. D’ailleurs, il est temps qu’un audit soit diligenté par ces pays pour savoir où est passée cette manne financière » estime-t-il. Il a aussi déploré le sort réservé à ces jeunes par les dirigeants africains, Boubacar sèye brandit la menace de crime contre l’humanité.

Car, selon lui, les dirigeants africains sont responsables en grande partie de cette situation. « Nous les accusons de crime contre l’humanité. Car c’est devenu un fonds de commerce pour certains d’entre eux qui n’hésitent pas à tendre la main à l’Union européenne en soutenant vouloir freiner l’émigration clandestine. Ce alors qu’ils empochent ces milliards que l’Europe leur remet à cette fin », se désole le patron de l’ONG horizon sans Frontières, Babacar Sèye.
Lamine Sow