Françafrique : Après Eiffage Macky Sall savonne Sen’Eau




Macky Sall semble désormais dans les dispositions de faire respecter les intérêts du Sénégal par les entreprises françaises, où leurs excroissances tropicales en activité au pays de la téranga. La semaine dernière, lors du Conseil des ministres, le président de la République est monté en première ligne, pour exiger que la renégociation du contrat de concession de l’autoroute à péage soit accélérée. Remonté, le président a dénoncé le manque de volonté des mandants de l’État et les «déclarations méprisantes» de Senac qui semble avancer dans ce dossier selon son rythme et son bon vouloir.

Rebelote hier, à propos d’un dossier non moins sensible portant sur le réseau hydraulique du Sénégal. On ne peut pas dire que l’eau coule à flot depuis l’entrée en activité, le 1er janvier 2020, de Sen’Eau qui est sortie des flancs du groupe français Suez. Malgré les promesses affichées par Sen’Eau qui a été créée en éliminant la Sénégalaise des Eaux, le liquide précieux est plus que précieux du fait de sa rareté. Ce qui est aggravé par le coronavirus qui ne fait aucune concession aux mains sales.

Revenant sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, Macky Sall a aussi abordé la question des réseaux hydrauliques et de l’accès à l’eau potable. Il a, à cet effet, demandé au ministre de l’Eau et de l’assainissement de faire prendre toutes les dispositions urgentes par l’Office des forages ruraux (Ofor), la Sones et l’opérateur Sen’Eau, pour un fonctionnement adéquat des réseaux d’adduction d’eau sur l’ensemble du territoire national. Comble de l’ironie, le président a profité du Conseil des ministres pour exhorter les populations à accroître la vigilance et à veiller au strict respect des mesures sanitaires requises afin d’endiguer la propagation de la Covid-19. Ce qui est inimaginable sans eau.