LE DUO KHALIFA SALL-SONKO, AU DEFI DU «MACKY» !




infos15.com

Alors que le mystère entoure toujours la date de la tenue des prochaines élections municipales et départementales dont la date butoir était fixée par la loi votée à l’Assemblée nationale avant le 28 mars, les états-majors politiques, notamment les partis d’opposition, semblent plutôt à fond dans les manœuvres politiques en perspective de ces prochaines échéances électorales. Du côté de Taxawu Sénégal, même si rien de concret n’est pour le moment ficelé par les leaders, l’alliance Khalifa Ababacar Sall -Ousmane Sonko suscite déjà un grand espoir. Tant elle semble en mesure de bousculer le leadership de la majorité dans les villes et autres collectivités locales.

L’opposition politique est-elle en train de surpasser la tempête provoquée en son sein par le ralliement au camp du pouvoir de l’ancien candidat de la coalition Idy2019, arrivé deuxième à l’issue de l’élection présidentielle de février 2019 dernier, Idrissa Seck par ailleurs président du parti Rewmi ?

On pourrait bien répondre par l’affirmative si on s’en tient aux diverses manœuvres politiques en cours au niveau de la plupart des états-majors. C’est le cas entre autres des tournées initiées depuis quelques temps par l’ancien maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, dans la capitale auprès de ses frères socialistes mais aussi de diverses personnalités du mouvement associatif. Il en est également des rencontres pour le moment tenues dans le plus grand secret des responsables politiques de l’opposition en vue de la formation d’une large alliance politique en perspective des prochaines joutes électorales.

C’est le cas entre autres des audiences que tient de façon régulière, loin des regards indiscrets, le Pape du Sopi, l’ancien Président de la République et Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds), Me Abdoulaye Wade, depuis sa nouvelle résidence à Fann résidence.

Mais aussi des contacts initiés par le leader du mouvement citoyen «Geum sa bopp », Bougane Guèye Dany et le président des Patriotes, Ousmane Sonko, ou encore ente le président de Pastef et l’ancien maire de Dakar.

Il faut dire qu’au niveau des responsables de certaines formations politiques, ces manœuvres sont plutôt saluées et considérées même comme un impératif en perspective des prochaines élections municipales et départementales. C’est le cas pour des partisans de l’ancien député maire de Dakar.

En effet, interpellé sur l’enjeu d’une alliance politique entre Taxawu Sénégal et Pastef-Les Patriotes d’Ousmane Sonko, le responsable des jeunes du mouvement politique de Khalifa Ababacar Sall à Dakar, Seydina Issa Laye Samb, bien que précisant que cette question d’alliance n’a pas encore fait objet d’un débat au sein de leurs instances, affirme tout de même qu’un tel compagnonnage permettrait à l’opposition de conserver les grandes villes remportées lors des locales 2014 voire de remporter d’autres collectivités locales.

« Tous deux, nous sommes dans une opposition radicale avec le pouvoir en place, nous depuis 2014 et le parti Pastef depuis sa création.

Donc, une alliance entre nos deux formations ne fera que renforcer nos positions et augmenter nos chances de remporter les grandes villes », a assuré le responsable des jeunes de Taxawu Sénégal à Dakar. « Nous avons le même objectif qui est d’abroger les souffrances des Sénégalais en succédant au régime en place à la tête du pouvoir exécutif et cela doit commencer naturellement par une conquête du pouvoir local. Ce qui nous permettra d’avoir une assise politique auprès des populations.

Cette alliance pourrait donc nous aider à mieux nous préparer pour les échéances électorales futures, notamment les législatives de 2022 et la présidentielle de 2024 », a encore ajouté Seydina Issa Laye Samb qui plaide par ailleurs, pour une large alliance des forces de l’opposition qui regrouperait plusieurs formations politiques comme ce fut le cas en 2009.

« Pour qui connait la particularité des élections municipales et départementales marqué par un système majoritaire simple à un seul tour, il faudrait nécessairement une forte alliance politique de l’opposition comme ce fut le cas en 2009 avec la coalition Benno siggil Sénégal pour pouvoir remporter les grandes villes ».
sud quotidien




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.