TRAÇAGE NUMÉRIQUE DES CAS : LA CDP POSE SES CONDITIONS




La Commission de protection des données personnelles (CDP) veut coopérer avec l’Etat dans la lutte contre le Covid-19. Mais, l’organe dirigée par l’ancien ministre de Me Wade, Awa Ndiaye, pose ses conditions. Dans une note parvenue à Emedia, la CDP renseigne que « la protection des libertés individuelles et des droits fondamentaux, notamment la vie privée, demeure applicable, et ne peut être suspendue ».

Cependant, des mesures dérogatoires respectueuses de la loi 2008-12 du 25 janvier 2008 portant sur la protection des données à caractère personnel ou d’autres dispositions législatives ou règlementaires applicables peuvent être envisagées. Selon la source, cette loi prévoit un régime dérogatoire, lorsqu’il s’agit : de sauvegarder des intérêts vitaux des personnes, de répondre à un motif d’intérêt public, de promouvoir ou de protéger la santé publique, y compris le dépistage.

Dans le cadre de sa politique d’endiguement de la propagation du Covid-19 au sein des communautés, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a entrepris de mettre en œuvre des mesures de dépistage et de suivi des personnes contacts. « Cela nécessite forcément des données personnelles sensées être protégées. Mais, la CDP exige que la demande se limite aux conditions fixées par la loi. « Au regard du contexte actuel, les techniques d’identification et de suivi des personnes infectées ou à risque, utilisées par les autorités sanitaires, doivent se limiter aux conditions dérogatoires prévues par la loi. En outre, ces techniques doivent répondre aux principes fixés par la loi portant sur la protection des données personnelles et se limiter aux seules finalités de prévention et de maitrise de la propagation du virus », renseigne le communiqué.