CESE : Idy fouille (déjà) la gestion de Mimi




infos15.com

L’information est reprise ar bon nombre de sites d’information: le  tout nouveau président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Idrissa Seck, audite la gestion de son prédécesseur, Aminata Touré.

Selon les informations de L’Observateur, le patronde Rewmi qui a différé son installation, a dépêché une mission de vérification pour fouiner dans la gestion de Mimi Touré et, par ricochet, avoir un rapport détaillé de l’institution.

D’après Mimi Touré, Idy a fait interdire l’accès des locaux du Cese au Daf et au Drh qui devaient faire le point à ses collaborateurs. Mimi a ainsi fait constater cette interdiction à ses collaborateurs par huissier.

L’attitude d’Idrissa Seck ne devrait pas surprendre car ses relations avec son prédécesseur n’ont manifestement pas été cordiales dans le passé.  On se rappelle qu’en novembre 2015, Mimi Touré lourdement chargé le patron de Rewmi dans l’affaire de la mort du jeune étudiant de Diourbel : « Monsieur le Premier Ministre, vous faites la politique à l’ancienne; si vous pensez que charrier régulièrement des impolitesses à l’encontre de la première institution du pays vous rendra sympathique auprès des Sénégalais, faites donc et vous l’apprendrez encore une fois à vos dépens. Le Sénégal est un pays qui a bien évolué, Monsieur le Premier Ministre.”

L’inimitié n’a pas fléchi avec le temps. En mai 2019, au lendemain de la présidentielle dont Idrissa Seck est sorti deuxième, la Dame de fer  est revenu à la charge : «Plus de deux mois après l’élection présidentielle, Idrissa Seck qui, faut-il le rappeler, n’a obtenu que 20% des suffrages des Sénégalais, a présenté hier un soi-disant livre blanc des irrégularités du scrutin. À la lecture du document, il est évident que les allégations ne correspondent en rien à la réalité vécue par les électeurs et les observateurs indépendants.

Le candidat Idrissa Seck s’est bien gardé de saisir une quelconque juridiction habilitée pour contester la véracité des résultats issus du scrutin. Ses représentants siégeant au niveau des commissions départementales de recensement des votes et celui présent au niveau de la commission nationale n’ont déposé aucun recours. Le mandataire de Idrissa Seck auprès du Conseil Constitutionnel n’a non plus formulé aucune contestation à la publication provisoire des résultats par le Conseil Constitutionnel. Rien de plus normal puisqu’aucun des représentants de Idrissa Seck ne disposait d’éléments de contestation sérieuse”, a dit Mimi Touré.

C’est peut-être l’heure de la revanche pour Idrissa Seck.

Lamine Sow




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.