Accusés, levez-vous ! Nous sommes tous coupables




Accusés, levez-vous ! Nous sommes tous coupables et en premier lieu ceux qui ont entre les mains les destinées de ce pays. La jeunesse va à sa perte et nous regardons tous ailleurs car peu soucieux de leur devenir. D’ailleurs, leur sort ne semble intéresser personne. Nous sommes plus passionnés par le jeu malsain de nos « politichiens » qu’à porter un regard sur nos mômes en particulier nos filles qui font d’excellents résultats à l’école tout en se distinguant sur d’autres terrains.

1200 adolescentes en état de grossesse ont été recensées dans les départements de Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque. C’est à dire la région de la capitale. Ces cas de grossesses concernent des filles mineures ou à peine sorties de l’adolescence. La tranche d’âge concernée est de 12 (oui, vous avez bien lu hélas !) à 19 ans.

Autant dire des gamines qui ont grandi trop vite et qui vivent dans un monde d’adultes. L’Etat ayant démissionné de son rôle de protecteur alors que les parents, tenaillés par un quotidien morose, courent dans tous les sens pour faire bouillir la marmite. Ces grossesses non désirées sont en recrudescence pendant la pandémie du Covid-19 du fait du confinement, mais également de la fermeture des classes, période où les jeunes filles et garçons ont été laissés à eux-mêmes.

Des obscurantistes s’opposent à l’enseignement de l’éducation sexuelle dans le programme scolaire. Avec comme argument que cela participerait à rendre les apprenants dévergondés. Comme s’ils pouvaient l’être encore plus! On feint d’oublier que nous vivons dans un village planétaire avec une jeunesse réceptive à tout ce qui provient de l’extérieur. Et surtout avec les nombreux téléfilms de nos télévisions locales qui incitent volontairement ou involontairement à la découverte du fruit défendu. La suite peut se comprendre aisément. Un sursaut s’impose.

KACCOOR BI