Attaque contre les religieux : Adama Gaye démolie Elhadji Ndiaye et Mamoudou Ibra Kane et appelle la communauté mouride à répliquer proportionnellement




Attaque contre les religieux : Adama Gaye démolie Elhadji Ndiaye et Mamoudou Ibra Kane et appelle la communauté mouride à répliquer proportionnellementPublished 3 heures ago on mars 25, 2020By admin
Dans un article titré « Elhadj Ndiaye insulte les mourides », le journaliste Adama Gaye crache du feu sur le patron de la 2stv suite à sa sortie maladroite contre les chefs religieux. Nous reproduisons in extenso son opinion :

“La foi ne se prouve pas; elle s’eprouve”, enseignement philosophique.

Le coup monté était destiné à faire mouche.
Le projet visait rien moins qu’à humilier, manquer de respect et, surtout, transformer en tête de turc, en cible, pour le ridiculiser, un chef religieux qui est pourtant le dirigeant d’une confrérie musulmane réunissant plus de 30 pour cent de la population sénégalaise.
D’une formule aussi lapidaire qu’insolente, Elhadji Ndiaye, le ci-devant bénéficiaire des prébendes du régime de Macky SALL (nomination nepotique et rachat, susurre-t-on de sa télé) s’est donc autorisé, voici 3 jours, à s’en prendre à Serigne Mountakha, Khalife General des mourides. Bille en tête !
“On ne vous demande pas de prier mais de nous montrer que vous avez la science infuse pour tuer ce virus”, s’est-il exclamé dans un écosystème médiatique où se trouvaient des acteurs acquis, voire instrumentalisés, en mission commandée (pour le pouvoir ?), et qui consistait à se jouer d’une communauté spécialement identifiée.
Il était enhardi. Et il y avait de quoi: dès que sa formule fut prononcée, elle déclencha les rires à peine sous cape, méchants, et d’acquiescement, assassins, d’un Mamoudou ibra Kane, qui semblait ainsi jouir, dans un état quasi-orgasmique, d’assumer son rôle de validation des propos insultants de Ndiaye.
Il est vrai que Mamoudou, lui aussi, est un des enfants gâtés du régime de Macky. Un de ses suppôts honteux. Dégoulinant de reconnaissance !
N’a-t-il pas bizarrement obtenu un terrain dans un quartier noble de Dakar pour y ériger un immeuble ? Sans oublier le financement à milliards d’un groupe de presse, on ne sait via quelle main magique….

Ne poussons pas trop loin le bouchon. Il n’y a rien à rire de cette détestable séance de chahut public du mouridisme.

Nous qui nous en réclamons ne sommes pas en défiance contre les mesures prises pour endiguer le coronavirus. Ni ne sommes opposés à ce que notre Khalife, par ses postures et ses propos, invite ses fidèles à se conformer aux bonnes pratiques, forcément limitatives de son autorité, proposées par l’état sous l’éclairage de notre communauté scientifique.
Nous félicitons même le Khalife pour sa capacité d’adaptation et de remise en question comme l’illustre son appel d’hier pour que les prières, y compris celles du vendredi, se fassent à domicile.
Nous l’invitons à davantage s’inscrire dans la dynamique rationnelle qui réunit les sénégalais en ces heures graves.
Cela dit, parce que nous sommes contre toutes les démarches insultantes envers les différents guides religieux de ce pays (de la famille Omarienne à la famille de Médina Gounass et Médina Baye, aux SY ou encore à l’église et à toutes les autres communautés religieuses), nous ne pouvons laisser passer l’inacceptable, désinvolte, assaut contre le Khalife des mourides sans même que les autorités de l’Etat, chargées du respect des cultes, ne disent rien face à ce qui peut provoquer une guerre civile.
C’est quoi cette indue insolence ? Pour qui se prennent ElHadji Ndiaye et son rieur niais et cynique de Mamoudou pour s’imaginer que leur complot sur commande, démarche ethniciste voire genocidaire sur un plateau de télé, qui n’est pas sans rappeler la radio des mille collines de triste mémoire, restera sans réponse?
La communauté mouride doit apprécier la gravité de l’affront et y répliquer proportionnellement. Pour que plus jamais de tels énergumènes branchés sur un palais présidentiel aux abois, en faillite, ne jouent plus avec nos valeurs, nos sentiments, nos convictions, dans l’unique but non pas de lutter contre le coronavirus mais de profiter de ce moment pour démonter une force religieuse attachée aux normes qui fondent notre nation.
Trop, c’est trop!
Elhadj Ndiaye, conforté par Mamoudou Ibra Kane, a franchi le seuil du tolérable.
Je m’adresse à Serigne Mountakha et à tous les mourides. Pour leur dire, en mon nom et au leur, qu’il n’est pas question de laisser des plaisantins se moquer de notre substrat socioreligieux !
Plus jamais, ça ! La riposte doit s’organiser: la gifle sur un visage est soldée par la victime.
Vengeons nous: mourides et tous les sénégalais, de toutes obédiences, refusant les excentricités de ces parvenus prêts à mettre le pays à feu et à sang pour y imposer un ethnicisme indigne de son histoire.

Adama Gaye, Le Caire, 25 mars 2020