Des députés assujettis à l’exécutif : Inédit, anticonstitutionnel et grave. Par Thierno Bocoum




L’ancien Thierno Bocoum n’a pas du tout été tendre avec ses anciens collègues parlementaires à qui il reproche leur totale “soumission” à l’exécutif. Pour lui, la remise du rapport sur les inondations des députés au président de la République est une “violation du sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs”

Voici son texte in-extenso

L’Assemblée nationale n’est pas une assemblée consultative à l’image du CESE ou du HCCT. Il s’agit d’une assemblée délibérante, représentative.

La mission d’information sur les inondations ne peut en aucune manière produire un rapport destiné au président de la République. En effet une mission d’information « porte sur un objet donné et vise à apporter aux députés des réponses à des problèmes qui les préoccupent dans l’exercice de leurs activités » (article 49 al 3 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale). L’article susvisé révèle clairement que cette mission est uniquement destinée aux députés.

En adressant au président de la République un rapport, remis en main propre au palais de la République, l’Assemblée nationale a violé le sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs, fondamental dans les démocraties représentatives.

L’Assemblée nationale décide d’une manière anticonstitutionnelle- c’est grave- d’être inféodée au pouvoir exécutif et d’en être le maillon le plus faible par le caractère facultatif de la prise en charge d’une série de conseils accumulés dans un rapport.

La mission de représentation de la deuxième institution de notre pays est ainsi rabaissée à un niveau de conseil au service de l’exécutif.

Thierno Bocoum
Président du mouvement AGIR




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.