Promesses d’un capitulard




Promesses d’un capitulard

Sénégalaises, sénégalais, nous avons entendu un tocard duquel on n’attendait rien d’ailleurs que ses habituelles âneries. C’était quoi, ce salmigondis, charabia sans tête ni queue, indigeste, lourd comme un couscous de mil arrosé d’eau chaude: têtes engourdies, ventres ballonnés, ses auditeurs vont mal dormir. Une autre nuit d’insomnie pour nombre d’entre eux, accentuée par la certitude que le bout du tunnel n’est pas pour demain.

Il est donc venu, il a vu, il n’a pas convaincu, il a été un défaitiste.

Le Maréchal Petain-Sall a dressé ce soir une liste à la Prevert faite de vœux pieux, de “y-a-qu’à, il faut”, pour dire qu’au milieu de la pandémie en vitesse vertigineuse, pendant que tout manque, il n’a d’autre solution que de revenir à la case départ.

C’est un maréchal défait, défaitiste, un épicier sans client qui a aligné des chiffres à faire dormir debout.

La levée de l’état d’urgence et du couvre-feu, le retour aux heures de bureaux classiques, annonces la veille, tout ça relève de l’impreparation.

Cette autosatisfaction indue pendant que l’économie est à une projection d’1 pour cent de croissance, alors qu’il était prévu pour titiller les 7 pour cent, c’est à dire une dépression, tandis que les soutiens alimentaires et sanitaires et à la diaspora ont été détournés par ses hommes voire sa famille, tout ça prouve qu’il est à cuculand, dans un univers onirique.

Ce malade qu’on nous disait malade n’était donc qu’un menteur. Il a parlé en politicien sur un tréteau électoral.

Il a menti à Macron et aux sénégalais. Sur sa santé.

Qui peut le croire sur les salades, les fadaises qu’il a débités sur un ton lassant et monocorde que l’on croirait issu d’une chanson faite depuis sa chaise anglaise pendant qu’il y décharge.

Promesses, promesses, entendez mensonges, mensonges.

Le maréchal capitulard reconnaît sa défaite et n’ose pas évoquer son antienne d’un nouvel ordre mondial qui lui sert de bréviaire pour enfariner ses audiences. Ses rêves de voir les dettes publiques africaines annulées sont partis en fumée.

Il a parlé plus pour montrer qu’il n’y avait pas vacance du pouvoir que pour convaincre les sénégalais qu’il avait une réponse à leurs défis et peurs.

Au final, ce fut un…navet !

Il aurait réussi ce discours si à son terme, à la manière d’un De Degaulle désavoué en 1969, il avait dit: “J’ai échoué, je démissionne”.

Il est trop petit pour s’élever en assumant sa faillite.

Il va falloir que le peuple le dévisse de sa chaise anglaise, le prenne par la peau des fesses et le jette à sa place naturelle: la rue !

Macky SALL a confirmé son statut ce soir de médiocre loser.

Retourne dans ta quarantaine imaginaire.

Tu as pollué notre déjà chargée atmosphere.

Dans ce pays par terre, tu es le seul à tracer des plans dans la comète quand les gens vont dormir ce soir le ventre creux, la peur partout, la mort avec, les poches vides, et leur avenir bouché.

Un rêveur, cynique, architecte des magouilles meme autour d’une pandémie, a parlé. Il a fait perdre un temps précieux à un peuple qui à la tête en tambouille…

Sur la Pravda Télévisée, sénégalaises, sénégalais, dans la séquence Blabla Soir, vous avez eu droit à un sketch donné par perlimpinpin Sall, le clown émergent…

Adama Gaye le Caire 29 juin 2020

Ps: Il ferme les frontières terrestres et ouvre celles avec les pays qui nous ont fermé leur accès sans réaliser qu’il assassine l’intégration africaine et la politique de bon voisinage, notre principal marché par ailleurs !




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.