Aminata Sophie Dièye, romancière, dramaturge…: Saga d’une héroïne des lettres disparue en 2016




Parler du talent d’Aminata Sophie Dièye est une tentative à laquelle tous ceux qui s’aventurent doivent excellemment mener. Il faut un texte à la hauteur de la femme qu’elle fut. Plonger dans son monde teinté d’humour sarcastique est une activité assez plaisante si vos mornes journées n’offrent aucun dérivatif.

Par Ndèye Fatou Diery DIAGNE

Sans risque de froisser les susceptibilités, l’expression «femme libre» conviendrait bien à Aminata Sophie Dièye. Celle-ci a refusé d’être encadrée dans une dénomination, car ayant arboré toutes les étiquettes d’une femme de culture entière. Née au début des années 1970, elle n’aura même pas complété un demi-siècle de vie quand le trépas eut raison d’elle en 2016. Son expérience littéraire est pourtant dense. Elle a su élégamment porter les habits de dramaturge, romancière, chroniqueuse, journaliste…, bref, une femme des lettres. Ses écrits étaient la loupe grossissante qui montrait les pires vices de la société. Bien que bon nombre d’auteurs s’essayent à cet exercice complexe, elle s’est distinguée de par son talent d’écriture.

La narration journalistique si difficile à réaliser était un art qu’elle effectuait brillamment. En témoignent ses merveilleuses chroniques hebdomadaires dans le journal dakarois «L’Obs» sous le pseudo de «Ndèye Taxawalou». Ses techniques descriptives exceptionnelles et la concordance parfaite entre les scènes et le rendu ont un goût de vécu. Le sarcasme noté dans ses textes donne une idée sur la nature cocasse de l’autrice. Bien des sourires se dessinent sur les visages lorsque les yeux parcourent les œuvres d’Aminata Sophie Dièye.

JOIE DE VIE DEBORDANTE

Ceux qui ont côtoyé la jeune femme retiennent la liesse de vivre plus que débordante de la chroniqueuse. «Elle se couvrait toujours, elle était une femme tellement correcte mais très taquine. On se n’ennuyait jamais avec elle», confie Aïda Dial Kane, jeune journaliste qui a effectué un stage au sein de «L’Obs» et qui a partagé une salle de rédaction avec «Ndèye Taxawalou». «Lorsque je finissais mon stage, elle a tellement prié pour moi que j’ai craqué. J’ai pleuré, car je me disais comment, en si peu de temps, elle pouvait être aussi chaleureuse et ouverte avec moi», lâche-t-elle, avant d’évoquer l’effacement de feue Aminata Sophie Dièye. D’ailleurs, Aida a su tardivement que cette fille, la plus élancée de la salle, était en fait la fameuse «Ndèye Taxawalou».

«Elle n’était pas simplement une consœur brillante. Elle était aussi une romancière et une chroniqueuse passionnée et pleine de finesse, une analyste à la fois tendre et sans concessions envers elle-même, envers nous tous et envers notre société. Jusqu’au bout, rien de nos tares et de nos travers ne lui aura été étranger», se rappelle Malick Diagne, journaliste. Il l’avait connue au journal «Sud Quotidien» au milieu des années 90, à un moment où la majorité des journalistes désertaient les rédactions pour des raisons financières. «Elle a fait le choix de rester, revendiquant à sa manière l’écriture pour continuer de vivre. Avec le temps, elle a fini par imposer à sa plume cet art très rare de la concision. Elle visait juste, voyait clair et son sens de la formule était redoutable», confie le journaliste.

POINT DE CENSURE !

Aminata Sophie Dièye ne s’autocensurait pas. Elle faisait suinter son encre dans toutes les casseroles sociales : des pires vices aux cultes les plus ancrés en passant par les manières viles. Elle adorait se peindre comme étant «dans une logique de défi contre les antivaleurs érigées en valeurs dans cette période charnière où notre pays négocie très mal son virage à la modernité», note Malick Diagne devenu «grand frère» d’Aminata.

Cette définition d’elle-même donne une idée sur la personnalité complexe de la femme. Elle n’avait pas de sens interdit durant tout l’exercice de sa passion pour l’écriture. A «Sud Quotidien» tout comme à «L’Observateur», son talent s’est affiné. D’une beauté renversante ponctuée par une noirceur d’ébène, Aminata la rendait vive avec son sourire que bien des photos d’elle raniment. Derrière ses notes d’écriture se cachait une voix fluette. Des témoignages résument la personne ainsi : «un esprit carré dans un corps frêle».

RAPPORT PERCUTANT AVEC LA SOCIETE

Aminata a eu une enfance hors norme à en juger par les standards d’une famille uniforme. Enfant non légitime d’un inspecteur des impôts, elle avait quitté la maison maternelle de Thiès pour prendre une petite chambre sur l’île de Ngor, alors qu’elle faisait valoir ses productions à «Sud Quotidien» en tant que pigiste. Elle avait 21 ans. Ensuite, l’aventure conjugale avec son mari français Lucio l’a conduite à Paris en 2004. Elle publie alors son premier roman : «La nuit est tombée sur Dakar» chez Grasset sous le nom de plume Aminata Zaaria. Une année après, Aminata perd son mari : «J’ai 32 ans et je suis veuve !». Encore une fois, sa force émotionnelle prend le dessus et Aminata refuse de s’apitoyer sur son sort et rentre au bercail.

Cette force hélas qu’elle a bâtie devenait un lourd fardeau et finissait par avoir raison d’elle. Une crise la secoue et elle est suivie sur le plan psychiatrique. Rumeurs et médisances courent à son propos, et l’obligent à se retrancher encore plus sur elle-même, ne gardant que quelques amitiés. Le destin ne l’épargne pas pour autant : deux décès supplémentaires de proches l’achèvent. Aminata est psychiquement au bout du rouleau, et est internée à «Dalal Xel» de Thiès où elle continuait à écrire ses chroniques pour l’Obs. Dernier acharnement d’un destin implacable, un diabète participe à écourter la vie de cette femme de lettre. Elle sombre dans un coma en février 2016 avant de rendre l’âme en fin de mois.

FEMME DE LETTRES

Ndèye Taxawalou, Aminata Zaaria, Miss Town (pseudo au journal Tract) et Aminata Sophie, toutes ces dénominations se rapportent à cette élégante dame des mots. «Ndèye Taxawalou» ou Aminata Sophie Dièye, le choix est difficile, car l’une est le prisme de l’autre. Ce passage d’une ses chroniques rappellerait bien son vécu : «Lorsqu’on a un problème avec son père, on l’a avec tous les hommes parce que la figure paternelle est le premier symbole masculin de notre vie. Un père est un stabilisateur. Par son amour, il nous apporte l’équilibre nécessaire pour marcher en confiance dans la vie et se sentir aimé. Lorsque cela ne s’est pas fait, surtout chez une fille, ça donne une Ndèye Takhawalou qui ne sait pas à quel socle s’appuyer pour rester debout.» Aminata représentait la Vie.

L’écrivaine était sensible à la condition féminine. En 2007, son deuxième roman intitulé «La putain amoureuse d’un pèlerin juif» était annoncé, mais cette œuvre est malheureusement restée inédite. En plus d’être écrivaine, Aminata était scénariste et actrice. Elle a joué dans deux films : dans le court métrage, «La petite vendeuse de soleil» (1999) de Djibril Diop Mambety, et le film «Lili et le baobab» (2006).

En visionnant ses différents personnages, son talent saute à l’œil. En plus, en 2016, une série sénégalaise abordant le milieu médiatique s’est distinguée de par son originalité. En effet, les doigts de fée d’Aminata y sont pour quelque chose. «Idoles» a eu le vent en poupe dès son arrivée sur le petit écran. Ses empreintes dans la série se retrouvent chez Chérif Maal, un personnage de la série qui suscite toujours de l’admiration.

De même, Aminata a créé la pièce de théâtre «Consulat zénéral». Il s’agit d’une satire qui met en scène les sueurs froides de cinq personnages dans le bureau d’une employée du consulat de France. Parcourir les œuvres d’Aminata Sophie Dièye est un exercice exaltant. Tous ceux qui ont tenté l’expérience se sentent embarqués dans une aventure tumultueuse. Bienheureuse serait-elle qu’un souvenir puisse porter son nom. Une rue, un monument, une salle, juste un petit souvenir pour la grande qu’elle fut et qu’elle reste.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.