DIPLOMATIE – DES EXPERTS DÉSAPPROUVENT LA CEDEAO




Les sanctions annoncées par la CEDEAO contre les putschistes suite au coup d’Etat qui a été perpétré au Mali sont désapprouvées par les invités de LR du temps sur iRadio (90.3). Ils estiment que de telles décisions ne règleront jamais la situation.

Enseignant chercheur et urbaniste, Dr Djiby Diop estime que c’est une aberration de demander le rétablissement de Ibrahima Boubacar Keita dans ses fonctions de président de la République. « Il va gouverner qui », s’interroge Dr Diop, indiquant que la CEDEAO les chefs d’Etat de la CEDEAO ont complètement passé à côté en formulant cette requête et en annonçant des sanctions contre les militaires. « Ils ont passé complètement à côté. On ne peut pas se battre avec le peuple. Une intervention militaire au Mali pour réinstaller IBK serait une catastrophe », prévient-il.

Poursuivant, il rappelle que les peuples sont éveillés maintenant et les dirigeants doivent réfléchir à mettre des textes qui sont adaptés aux réalités socio-économiques des pays. À l’en croire, les Chefs d’Etat de la CEDEAO doivent discuter avec les militaires et, ensemble, essayer de mettre des verrous pour que de pareilles situations ne puissent se reproduire demain. « Mais si on veut aller contre la population, la situation restera entière », avertit-il.

Pour sa part, Pape Demba Thiam, économiste international, souligne que ce qui s’est passé au Mali était prévisible et certains individus avertis ont toujours alerté. A l’en croire, il y a toujours eu un mimétisme politique dans ce pays. A l’instar de son co-débatteur, il est d’avis que des sanctions contre les militaires ne seraient pas une solution de sortie de crise. « Il faut savoir froidement discuter les uns avec les autres. Nous devons être plus proactifs et aider le peuple malien. Il faut réunir les gens autour de l’essentiel, amener tous les acteurs à bâtir un consensus national sur le développement économique ».