REPRISE DES COURS : « IL NE FAUT PAS CRÉER UN ÉCOSYSTÈME DE PANIQUE »




Deux mois après la fermeture des écoles, les cours reprennent le 2 juin . Déjà, les professeurs et enseignants, qui étaient hors zone, ont été convoyés dans leurs différents lieux de travail.

Devant le jury du dimanche sur Iradio (90.3), le ministre de la Santé et de l’Action Sociale a donné des assurances sur les mesures sécuritaires qui ont été prises pour lutter contre la transmission scolaire de la maladie. D’emblée, Abdoulaye Diouf Sarr a fait savoir que le ministère de la Santé et de l’Action sociale est partie prenante dans le processus qui a conduit à la réouverture des salles de classe. Ils ont donné leur avis et ont estimé qu’il faut un certain nombre de décisions au plan de l’encadrement et de la sécurité pour que la réouverture se fasse dans les conditions optimales.

Sur ce, il annonce que toutes les dispositions sont prises en termes de sécurité, de disposition dans les salles de classes, de port du masque pour mettre les apprenants dans les meilleures conditions de sécurité. « Les conditions que nous mettons dans l’environnement scolaire sur beaucoup de cas sont des conditions meilleures que ce que nous avons dans les quartiers », a rassuré le ministre qui, dans le même sillage, précise que les images qui circulent sur le net et qui font état d’un certain nombre d’équipements ne reflètent pas la réalité des moyens dégagés par l’Etat. « Nous avons mis ce qu’il faut pour mettre nos écoles dans des conditions pour bien démarrer », rassure-t-il. « Le risque zéro n’existe pas. Le risque universel à tous les niveaux n’existe pas non plus. Il peut y avoir une situation dans mon Yoff natal, qui soit une situation isolée, qui ne représente pas la situation nationale. Notre objectif, notre mission, c’est de protéger les enfants. Il faut rassurer les parents. Il ne faut pas créer l’écosystème de la panique. Le gouvernement est un gouvernement responsable qui prendra toutes les mesures nécessaires pour sécuriser nos enfants », réitère le ministre.