Ce chef indigène et grand défenseur de la forêt amazonienne est mort du coronavirus




Ce chef indigène et grand défenseur de la forêt amazonienne est mort du coronavirus

À l’heure où l’épidémie de coronavirus prend du recul dans certains pays d’Europe, notamment chez nous en France, le virus fait rage plus jamais dans le reste du monde. Le Brésil fait notamment face à une énorme vague de cas et de morts, faisant du pays le deuxième mondial où l’on recense le plus de morts. Les communautés indigènes ne sont pas épargnées et la mort du charismatique chef Paiakan à 65 ans nous le rappelle.

UN CHEF OPPOSÉ AUX MENACES

La politique risquée de Jair Bolsonaro en matière de santé et d’écologie n’est pas nouvelle. Depuis l’arrivée du coronavirus au Brésil, les mesures de santé prises font débat et les pertes grandissent chaque jour. Malheureusement, personne n’est épargné. Pas même les indigènes, en première ligne du danger auquel ils font face au quotidien. Récemment, c’est l’un des chefs les plus emblématiques et populaires d’Amazonie qui en fut victime. 

Paulinho Paiakan, de son nom complet, était surtout connu pour être l’un des plus fervents défenseurs de la forêt Amazonienne. Après avoir contracté le virus le 08 juin dernier, le chef Paiakan fut admis dans un hôpital de la ville de Redencao, au nord du Brésil. Mais mercredi 17 juin, le chef Kayapo a succombé à la maladie. La nouvelle a été annoncé dans la journée par des militants autochtones, puis repris par nos confrères de l’AFP. 

Figure de proue pour la défense de l’Amazonie et des peuples autochtones avec le chef Raoni Metuktire, Paulinho Paiakan fut un soutien de poids remarquable dans les années 1980. À cette époque, le chef s’était fermement opposé à la construction d’un projet hydro-électrique à Belo Monte. Son combat et sa ténacité lui auront permis de rassembler en 1989 à Altamira un grand nombre d’opposants au projet, dont un certain Sting. Coup d’éclat quelques temps plus tard puisque le projet de barrage de la ville fut abandonné ; la Banque mondiale retirant ses financements (cependant, le barrage fut construit dans un autre État, le Para, et terminé en 2019).  

wikistrike.com




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.