Coronavirus en France: «les chiffres sont inquiétants», estime Delfraissy




L’épidémie liée au nouveau coronavirus a « redémarré » en France, a prévenu ce mardi Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique Covid-19, en insistant sur la nécessité de respecter les mesures barrières pour éviter de basculer dans une véritable reprise épidémique.

« On est dans quelque chose de fragile. Il faut que les Français comprennent que rien n’est gagné, que le virus continue à circuler de façon importante », a souligné ce mardi le président du conseil scientifique Covid-19, Jean-François Delfraissy chez nos confrères de BFMTV et RMC.

« La France pourrait basculer »

« C’est nos propres comportements, notre distanciation, les mesures barrières qu’on va prendre ou ne pas prendre qui nous conduiront à rester soit sur la ligne de crête, soit à basculer », a-t-il insisté. Il a cité l’exemple de l’Espagne, où la résurgence des cas de contamination a entraîné de nouvelles restrictions dans de nombreuses régions du pays, notamment à Barcelone, moins d’un mois après la levée de l’état d’urgence dans le pays.

« On est dans une période un peu limite et (…) on pourrait très vite basculer », a-t-il mis en garde en soulignant que si « les chiffres sont inquiétants (…) inversement aucun de ces indicateurs non plus n’est totalement au rouge » pour l’instant.

Le président du conseil scientifique Jean François Delfraissy s’inquiète du deuxième vague de Covid-19.

L’épidémie « n’a jamais cessé en France »


Le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy a rappelé que l’épidémie « n’a jamais cessé en France ». Même si le confinement a fortement ralenti la circulation du virus SARS-CoV-2, « il ne l’a pas arrêtée ».

Jean-François Delfraissy a estimé que la multiplication des clusters ces dernières semaines, pas seulement liée selon lui à l’amélioration de la détection, et l’apparition du virus dans des régions jusque là relativement épargnées, comme l’Ouest et le Sud-Ouest notamment, démontrent que l’épidémie « a redémarré » et que la France se trouve « sur une ligne de crête un peu instable ».