Coronavirus: la barre des 100 000 morts franchie aux Etats-Unis




Les Etats-Unis ont dépassé ce mercredi 27 mai le cap tragique des 100 000 morts recensés du nouveau coronavirus, selon l’université Johns Hopkins. Un bilan nettement supérieur à tous les autres pays du monde.

Le premier mort du Covid-19 aux Etats-Unis avait été annoncé fin février. Trois mois plus tard, le pays en compte 100 271, selon les derniers chiffres de l’université Johns Hopkins dont le comptage fait référence. Il enregistre par ailleurs près de 1,7 million de cas de nouveau coronavirus, dont quelque 385 000 personnes sont déclarées guéries Le nombre réel des décès et des contaminations est toutefois nettement plus élevé, estiment les experts. L’Etat de New York représente à lui seul quasiment un tiers des morts déplorées dans le pays.

Le premier décès du virus aux Etats-Unis avait été annoncé le 26 février, même si les autorités ont depuis confirmé que d’autres personnes avaient en réalité succombé à la maladie dès la mi-février. La barre des 50 000 morts avait été franchie il y un peu plus d’un mois, le 24 avril.

Le nombre de morts par habitant est cependant plus bas aux Etats-Unis que dans plusieurs pays européens, dont le Royaume-Uni, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, la France ou encore la Suède, selon le site de statistiques Worldometer. D’après une moyenne de plusieurs modèles épidémiologiques réalisée par des chercheurs de l’université du Massachusetts, le nombre de décès du Covid-19 devrait avoisiner les 123 000 morts dans le pays d’ici le 20 juin.

Pour le troisième jour d’affilée mardi, les Etats-Unis ont déploré moins de 700 morts en 24 heures. Après avoir régulièrement franchi la barre des 2 000 morts journaliers entre début avril et début mai, le pays n’a pas dépassé ce seuil depuis vingt jours, même s’il a encore majoritairement dépassé la barre des 1 000 morts en une journée ces trois dernières semaines.

Malgré ce triste record, le déconfinement est largement engagé dans l’ensemble des Etats-Unis, sous l’impulsion du président Donald Trump, résolu à relancer l’économie.


(Avec AFP)