Coronavirus: le Brésil franchit la barre des 50 000 morts




Avec plus d’un million de personnes infectées, le Brésil est désormais l’épicentre de la maladie en Amérique du Sud, loin devant le Pérou, pourtant lui aussi durement touché.

Le Brésil vient de franchir un triste seuil, celui des 50 000 morts dus au Covid-19, ce qui en fait le deuxième pays le plus touché au monde, derrière les États-Unis. Le président Jair Bolsonaro, souvent présenté comme l’alter ego de Donald Trump, n’a pas fait grand-chose pour freiner la propagation du virus, lui qui n’hésitait pas à parler de simple « grippette » il y a encore quelques semaines.

Le Brésil a enregistré officiellement 641 décès supplémentaires ces dernières 24h. Désormais le pays compte au total 50 617 morts des suites du nouveau coronavirus. La situation ne fait qu’empirer. Près d’1,1 million personnes sont infectées et le système sanitaire est totalement saturé. Les mégalopoles de Sao Paulo et de Rio de Janeiro sont les plus sévèrement atteintes.

Après le coronavirus, la crise économique

L’épidémie devrait continuer à se propager dans les semaines à venir, selon de nombreux experts, qui estiment d’ailleurs que les chiffres communiqués sont bien en dessous de la réalité à cause de l’absence de campagne de dépistage.

Cette aggravation de la situation est en grande partie due au manque de réaction des autorités. Le président Jair Bolsonaro refuse d’assumer la gravité de la situation ce qui provoque des remous dans la classe politique. Deux ministres de la Santé ont quitté leur poste depuis le début de la pandémie et actuellement aucun titulaire n’a pris les rênes du ministère le plus concerné par cette crise.


Des manifestations se sont aussi tenues dans le pays ce week-end avec des partisans du président d’un côté et des opposants de l’autre.

Pendant ce temps l’économie brésilienne est en train de subir les conséquences d’un pays paralysé. Et si la situation avant le début de l’épidémie était déjà inquiétante, beaucoup s’attendent désormais à un effondrement économique du pays.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.