Coronavirus: l’épidémie repart, le Liban se reconfine jusqu’à lundi




Avec moins de 890 cas confirmés et 26 décès, le Liban fait figure de bon élève dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Mais le relâchement avec le début du déconfinement progressif le 27 avril, et le rapatriement de milliers de Libanais de l’étranger, dont certains n’ont pas respecté les consignes de quarantaine, ont relancé les contaminations.

Pour tenter de freiner la progression de la maladie, les autorités libanaises ont décidé de confiner à nouveau le pays, à partir de ce mercredi. Et elle sera totale jusqu’au lundi 18 mai. Elle pourrait même être prolongée si la courbe des contaminations n’est pas inversée.

Les Libanais ne pourront sortir de chez eux qu’en cas d’extrême nécessité. Les restaurants, les cafés et d’autres activités économiques, qui avaient de nouveau été autorisées dans le cadre du déconfinement, seront suspendues. Les rassemblements dans les lieux publics et privés interdits.

Les secteurs hospitalier et sanitaire, alimentaire, agricole et industriel sont exemptés de cette fermeture. L’armée et les forces de l’ordre sont chargées de faire respecter ces consignes et les contrevenants seront verbalisés ou traduits en justice.


Ces mesures très strictes ont été décidées après l’enregistrement de 109 cas en quatre jours, alors que fin avril, aucune nouvelle contamination n’avait été détectée pendant plusieurs jours.

L’augmentation des cas est due au non-respect de la distanciation sociale et des gestes barrières avec le début du déconfinement progressif. Pourtant, les Libanais avaient fait preuve d’une remarquable discipline pendant plus de deux mois. Ces derniers jours, et malgré les mises en garde répétées des responsables, les restaurants et les cafés étaient bondés, les corniches du bord de mer et les places publiques étaient envahies par la foule. Les églises et les mosquées avaient de nouveau été autorisés à accueillir les fidèles à la fin de la semaine dernière.