Covid-19: craignant la quatorzaine, les Britanniques précipitent leur retour de France




Ce samedi à partir de 3h00 TU au Royaume-Uni tous les voyageurs venant de France devront effectuer une quatorzaine. Un changement de dernière minute qui a pris de court certains Britanniques. Reportages à Londres et à Paris.

Ils pensaient échapper à la grisaille de l’Angleterre pour quelques semaines et c’est raté. Près de 500 000 Britanniques se trouvent actuellement en France et tentent de trouver des solutions pour échapper à la quarantaine.

Parmi eux, Ben, trentenaire, que notre correspondante à Londres, Elodie Goulesque a rencontré. Malgré son anticipation, il a dû constamment adapter ses projets de voyage.

« On est arrivés en France mercredi et on devait rester jusqu’à samedi, mais nous avions prévu, au cas où, un vol jeudi que nous avons finalement dû décaler à vendredi soir. »

Même si Ben a donc échappé à la quarantaine, le stress de ces derniers jours a quelque peu gâché ses vacances. « Oh oui, ça nous a ruiné les vacances, on n’a pas pu se détendre car on devait se tenir prêt à reprendre l’avion à la dernière minute. »

Amanda, elle, devait partir pour des vacances en France la semaine prochaine avec son mari et leurs trois enfants, mais l’idée d’une quatorzième au retour était impensable : « Nous n’aurions jamais pu faire la quatorzaine au retour car nous travaillons tous les deux et les enfants doivent retourner à l’école, et ça aurait trop perturbé leur début d’année scolaire. »

Finalement, la petite famille partira prendre le soleil en Italie, en croisant les doigts pour qu’il ne s’agisse pas du prochain pays placé sur la liste de quarantaine.

À Paris, la ruée sur les Eurostar

Ce vendredi, c’était la ruée vers les derniers Eurostar qui ralliaient Londres depuis Paris avant l’entrée en vigueur de cette mesure.

« Le gouvernement britannique veut savoir où j’ai été les deux dernières semaines, et tout ça. » Dans la hall d’attente de l’Eurostar gare du Nord, Alex tapote frénétiquement sur son téléphone.

Tous les voyageurs à destination du Royaume-Uni doivent remplir un formulaire en ligne.

Retour précipité pour ce Londonien en vacances dans le Sud de la France pour ne pas avoir à se mettre en quarantaine. « Je l’ai appris ce matin, ajoute Alex. J’étais assez stressé au début, mais j’ai réussi à trouver ce train, j’ai eu de la chance. Mais malheureusement c’était plutôt cher. »

Un peu énervé, Alex retourne à son téléphone. Ses vacances sont tout de même amputées de dix jours.

Sophie a, elle, plus de chance. Elle avait prévu de rentrer le lendemain. « Je savais que c’était une possibilité. Je ne sais pas, mais on nous a dit qu’il y avait plus de cas au Royaume-Uni qu’en France. La situation est bonne nulle part. C’est frustrant en terme de logistique, mais je comprends. »

C’est la deuxième fois que les autorités britanniques prennent cette mesure. La France a, elle, annoncé qu’elle mettrait en place un système similaire par réciprocité.