Déconfinement: Dordogne, Allemagne, Espagne… les scénarios redoutés du retour au confinement




Réussir la phase de déconfinement est essentielle pour éviter une deuxième vague de contaminations au coronavirus. En cas de rebond de l’épidémie, des mesures de confinement pourrait être ré-instaurées.

Après 55 jours sous cloche, lundi sera le jour de la sortie tant attendue. Et celui de tous les dangers. Un déconfinement raté risquerait d’entraîner une deuxième vague de contaminations alors que les services de réanimation ont tenu avec peine jusqu’ici, au prix d’une fatigue immense, et même de la vie de certains soignants. 

Or, le relâchement se fait déjà sentir. Un foyer de contamination a été détecté en Dordogne, dès le 30 avril, après des obsèques. Malgré le confinement encore en vigueur, des dizaines de personnes se seraient retrouvées ensuite au funérarium et lors d’une réunion de famille, raconte France Bleu.

“C’est vraiment l’illustration de ce qu’on ne souhaite pas vivre dans les semaines qui viennent”, a rappelé le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, à la radio locale, alertant sur les risques liés au relâchement.

Les scientifiques mettent aussi en garde à l’approche du 11 mai. “Il faut se garder de penser que tout est réglé, qu’il n’y a plus besoin de se laver les mains, qu’on peut s’embrasser, etc.”, a rappelé sur Franceinfo la virologue Marie-Paule Kieny, membre du Comité analyse recherche et expertise chargé de conseiller le gouvernement.

Pour éviter une nouvelle flambée de l’épidémie, “il faut absolument” que les gens “appliquent les gestes barrière, c’est-à-dire qu’ils passent d’un confinement chez soi à un confinement sur soi, penser que soi-même on doit se protéger, on doit protéger les autres”, a insisté cette ancienne sous-directrice générale de l’OMS.Play Video 

Une situation explosive

Chez nos voisins européens, on s’inquiète déjà. Lundi 4 mai, l’Italie a entamé un prudent déconfinement. Mais les images des Milanais se promenant le long des canaux ou prenant l’apéritif au soleil ont fait polémique. Pour le virologue de renom, Massimo Galli, la situation “est un peu une bombe”. Beaucoup de personnes contaminées circulent encore dans cette région.

En Espagne, où le confinement a été très strict, les deux principales villes du pays doivent ralentir leur déconfinement. Contrairement aux autres régions, Madrid et Barcelone ne passeront pas à la phase suivante. Dès le 2 mai, les Espagnols ont eu l’autorisation de faire du sport et de se promener. Dans les grandes villes, de nombreux habitants étaient sortis prendre l’air, parfois en groupes. 

Un canton allemand revient sur le déconfinement

En Allemagne, on fait carrément marche arrière. Deux jours seulement après l’annonce d’un retour progressif à la normale, un canton a dû réintroduire le confinement ce vendredi.

Un important foyer de Covid-19 a vu le jour à Coesfeld, en Rhénanie du Nord-Westphalie, dans une usine de transformation de viande. Plus de 100 des 1200 employés ont été infectés. Les installations ont été provisoirement fermées et les mesures de déconfinement repoussées au 18 mai.

Également inquiétant: dans l’est, dans le canton de Greiz, plusieurs maisons pour personnes âgées ont connu une flambée de contaminations. Il risque aussi un reconfinement partiel. “Pour être clairs: nous n’allons pas mettre tout le canton en quarantaine”, a déclaré sa dirigeante Martina Schweinsburg, mais deux petites villes particulièrement atteintes pourraient être concernées.