Des initiés « bipartisans » de Washington révèlent leur plan pour le chaos si Trump remporte les élections




wikistrike.com

Un groupe de Républicains néoconservateurs « bipartisans » et de Démocrates de l’establishment ont « simulé » de multiples scénarios catastrophiques pour l’élection de 2020, notamment une simulation où une victoire nette du président sortant provoque des mesures « sans précédent » que la campagne Biden pourrait utiliser pour déjouer une nouvelle investiture de Trump.

Un groupe d’initiés du Parti Démocrate et d’anciens responsables de l’ère Obama et Clinton ainsi qu’un groupe de Républicains néoconservateurs « Never Trump » ont passé les derniers mois à mener des simulations et des « jeux de guerre » concernant différents scénarios « apocalyptiques » pour l’élection de 2020.

Selon plusieurs rapports des médias sur le groupe, appelé le Transition Integrity Project (TIP), ils justifient ces exercices comme préparant spécifiquement un scénario où le Président Trump perd l’élection de 2020 et refuse de quitter son poste, entraînant potentiellement une crise constitutionnelle. Cependant, selon les propres documents du TIP, même leurs simulations impliquant une « victoire nette » de Trump lors des prochaines élections ont entraîné une crise constitutionnelle, car ils ont prédit que la campagne Biden prendrait des mesures audacieuses visant à assurer la présidence, quel que soit le résultat de l’élection.

Cela est particulièrement troublant étant donné que le TIP a des liens considérables avec l’administration Obama, dans laquelle Biden a occupé le poste de Vice-Président, ainsi qu’avec plusieurs groupes qui sont résolument pro-Biden, et avec la campagne Biden elle-même. En effet, le fait qu’un groupe d’initiés et d’anciens responsables gouvernementaux ouvertement pro-Biden à Washington aient imaginé des scénarios concernant les résultats possibles de l’élection et leurs conséquences, qui se sont tous soldés par l’accession de Biden à la présidence ou par une crise constitutionnelle, suggère que des forces puissantes influençant la campagne Biden poussent l’ancien Vice-Président à refuser de concéder l’élection s’il perd.

Bien entendu, cela contredit gravement la prétention du TIP de garantir « l’intégrité » du processus de transition présidentielle et suggère plutôt que le groupe envisage ouvertement de faire en sorte que Trump quitte le pouvoir quel que soit le résultat ou de fabriquer la crise constitutionnelle qu’il prétend prévenir par ses simulations.

Ces préoccupations ne sont qu’amplifiées par les récentes déclarations de la candidate démocrate à la présidence de 2016 et ancienne Secrétaire d’État sous Obama, Hillary Clinton, selon lesquelles Biden « ne devrait céder en aucun cas ». « Je pense que cela va s’éterniser, et je crois qu’il finira par gagner si nous ne cédons pas d’un pouce, et si nous sommes aussi concentrés et acharnés que l’autre partie », a poursuivi Clinton lors d’une interview accordée à Showtime il y a un peu plus d’une semaine. Les résultats des simulations du TIP font notamment écho aux affirmations de Clinton selon lesquelles Biden gagnera « éventuellement » si le processus visant à déterminer le résultat de l’élection « traîne en longueur ».

Les « jeux de guerre » de l’Uniparti

Les membres du TIP se sont réunis en juin pour mener quatre « jeux de guerre » qui simulaient « une sombre période de 11 semaines entre le jour des élections et le jour de l’investiture » au cours de laquelle « Trump et ses alliés républicains ont utilisé tous les appareils de gouvernement – la Poste, les législateurs des États, le Département de la Justice, les agents fédéraux et l’armée – pour s’accrocher au pouvoir, et les Démocrates sont descendus devant les tribunaux et dans la rue pour tenter de l’arrêter », selon un rapport du Boston Globe. Toutefois, l’une de ces simulations, qui a examiné ce qui se passerait entre le jour des élections et le jour de l’investiture en cas de « victoire nette », montre que le TIP a simulé non seulement la manière dont les Républicains pourraient utiliser toutes les options à leur disposition pour « s’accrocher au pouvoir », mais aussi la manière dont les Démocrates pourraient aussi le faire si le résultat des élections de 2020 n’était pas en leur faveur.

Alors que certains médias, principalement de droite, comme cet article du National Pulse, ont noté que les simulations du TIP impliquaient le refus de Biden de céder, le document réel du TIP sur les exercices a révélé les mesures spécifiques que la campagne Biden prendrait à la suite d’une « victoire nette » de Trump. Il n’est pas surprenant que ces mesures exacerberaient considérablement les tensions politiques actuelles aux États-Unis, un résultat final que le TIP prétend avoir évité, ce qui contredit gravement la justification officielle de leurs simulations ainsi que la raison officielle de l’existence du groupe.

Dans le scénario de la « victoire nette » (voir page 17), Joe Biden – joué dans le jeu de guerre par John Podesta, directeur de campagne d’Hillary Clinton pour 2016 et chef de cabinet de l’ancien Président Bill Clinton – a rétracté sa concession de la nuit des élections et a ensuite convaincu « trois États ayant des gouverneurs démocrates – Caroline du Nord, Wisconsin et Michigan – de demander des recomptages ». Ensuite, les gouverneurs du Wisconsin et du Michigan ont « envoyé des listes électorales séparées pour contrer celles envoyées par le corps législatif de l’État » au Collège Électoral, que Trump avait remporté, dans une tentative de saper, voire d’empêcher cette victoire.

Ensuite, « la campagne de Biden a encouragé les États de l’Ouest, en particulier la Californie mais aussi l’Oregon et Washington, et collectivement connus sous le nom de « Cascadia », à faire sécession de l’Union à moins que les Républicains du Congrès n’acceptent un ensemble de réformes structurelles. Par la suite, « sur les conseils de l’ancien Président Obama », la campagne Biden a présenté ces « réformes » comme suit :

• Donner le statut d’État à Washington, DC et Porto Rico

• Diviser la Californie en cinq États « pour mieux représenter sa population au Sénat ».

• Exiger des juges de la Cour Suprême qu’ils prennent leur retraite à 70 ans

• Éliminer le Collège Électoral

En d’autres termes, ces « réformes structurelles » impliquent la création de ce qui revient essentiellement à avoir les États-Unis composés de 56 États, les nouveaux États devant assurer une majorité perpétuelle aux Démocrates, puisque seules les zones à majorité démocrate (DC, Porto Rico et Californie) se voient attribuer le statut d’État. Notamment, dans d’autres scénarios où Biden a remporté le Collège Électoral, les démocrates n’ont pas soutenu son élimination.

Il faut également noter que, dans cette simulation, le TIP a blâmé la campagne de Trump pour la décision des Démocrates de prendre les « actions provocatrices sans précédent » décrites ci-dessus, affirmant que la campagne Trump avait « créé les conditions pour forcer la campagne Biden » à entreprendre ces actions en faisant des choses comme donner « une interview à The Intercept dans laquelle il [Trump] a déclaré qu’il aurait perdu l’élection si Bernie Sanders avait été nommé » au lieu de Biden comme candidat démocrate à la présidence.

Le TIP a également affirmé que la campagne Trump chercherait à dépeindre ces « actions provocatrices et sans précédent » comme « la tentative des Démocrates d’orchestrer un coup d’État illégal », bien que ce soit essentiellement ce que ces actions impliquent. En effet, dans d’autres simulations où la campagne Trump s’est comportée de la sorte, la rhétorique du TIP sur cette catégorie d’actions extrêmes est résolument différente.

Cependant, les actions simulées de la campagne Biden dans ce scénario ne se sont pas arrêtées là, car la campagne Biden a ensuite « provoqué une rupture de la session conjointe du Congrès [le 6 janvier] en amenant la Chambre des Représentants à accepter d’attribuer la présidence à Biden », ajoutant que cela était « basé sur les propositions alternatives pro-Biden envoyées par les gouverneurs pro-Biden ». Le Parti Républicain n’a évidemment pas donné son accord, notant que Trump avait remporté l’élection grâce à sa victoire au Collège Électoral. La simulation de « victoire nette de Trump » s’est terminée par l’absence de président élu le 20 janvier, le TIP notant « que ce que les militaires feraient dans cette situation n’était pas clair ».

Bien sûr, certains membres du TIP, dont sa co-fondatrice Rosa Brooks – une ancienne conseillère du Pentagone à l’époque d’Obama et actuellement membre du groupe de réflexion « New America » – ont une préférence pour « ce que les militaires feraient dans cette situation ». Par exemple, Brooks, moins de 2 semaines après l’investiture de Trump en 2017, a soutenu dans Foreign Policy « qu’un coup d’État militaire, ou au moins un refus des chefs militaires d’obéir à certains ordres » était l’une des quatre possibilités pour démettre Trump de ses fonctions avant les élections de 2020.

Qui est derrière le TIP ?

Le TIP a été créé fin 2019, prétendument « par crainte que l’administration Trump ne cherche à manipuler, ignorer, saper ou perturber l’élection présidentielle de 2020 et le processus de transition ». Il a été cofondé par Rosa Brooks et Nils Gilman et son directeur actuel est Zoe Hudson. Brooks, comme mentionné précédemment, a été conseillère au Pentagone et au Département d’État dirigé par Hillary Clinton pendant l’administration Obama. Elle a également été auparavant l’avocate générale du Président de l’Open Society Institute, qui fait partie des Open Society Foundations (OSF), une organisation controversée financée par le milliardaire George Soros. Zoe Hudson, qui est la Directrice du TIP, est également une ancienne figure de proue de l’OSF, en tant qu’analyste politique senior et agent de liaison entre les fondations et le gouvernement américain pendant 11 ans.

Les liens entre l’OSF et le TIP sont un signal d’alarme pour plusieurs raisons, notamment parce que l’OSF et d’autres organisations financées par Soros ont joué un rôle essentiel dans la promotion de ce qu’on appelle les « révolutions de couleur » visant à renverser les gouvernements non alignés, en particulier sous l’administration Obama. Parmi les exemples de liens de l’OSF avec ces « révolutions » fabriquées, on peut citer l’Ukraine en 2014 et le « Printemps Arabe », qui a débuté en 2011 et qui a vu plusieurs gouvernements du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui gênaient les intérêts occidentaux être commodément écartés du pouvoir.

Des fuites de courriels ultérieures ont révélé les liens étroits entre Soros et l’ancienne Secrétaire d’État Hillary Clinton, notamment un courriel dans lequel Soros dirigeait la politique de Clinton concernant les troubles en Albanie, lui disant que « deux choses doivent être faites d’urgence », à savoir « faire peser tout le poids de la communauté internationale sur le Premier Ministre Berisha » et « nommer un haut fonctionnaire européen comme médiateur ». Ces deux tâches « urgentes » ont ensuite été accomplies par Clinton, vraisemblablement sur l’ordre de Soros.

Outre ses liens avec l’administration Obama et l’OSF, Brooks est actuellement chercheuse au Modern War Institute de West Point, où elle se concentre sur « la relation entre l’armée et la police nationale », ainsi que sur le programme de police novateur de Georgetown. Elle est actuellement un acteur clé dans la campagne documentée menée par l’OSF pour « capitaliser » sur les appels légitimes à la réforme de la police afin de justifier la création d’une force de police fédéralisée sous le couvert du « définancement » et/ou de l’élimination des services de police locaux. L’intérêt de Brooks pour la « ligne de démarcation » entre l’armée et la police est notable compte tenu de son plaidoyer passé en faveur d’un coup d’État militaire pour destituer Trump de ses fonctions et de la conclusion ultérieure du TIP selon laquelle l’armée « pourrait » devoir intervenir si Trump parvient à remporter les élections de 2020, selon les « jeux de guerre » du groupe décrits ci-dessus.

Brooks est également membre du groupe de réflexion New America. La déclaration de mission de New America indique que l’organisation s’efforce « d’affronter honnêtement les défis causés par les changements technologiques et sociaux rapides, et de saisir les opportunités que ces changements créent ». Elle est largement financée par les milliardaires de la Silicon Valley, dont Bill Gates (Microsoft), Eric Schmidt (Google), Reid Hoffman (LinkedIn), Jeffrey Skoll et Pierre Omidyar (eBay). En outre, elle a reçu des millions directement du Département d’État américain pour faire des recherches sur le « classement des droits numériques ». Parmi ces bailleurs de fonds, Reid Hoffman a notamment été pris en train de « se mêler » des dernières primaires du Parti Démocrate pour saper la candidature de Bernie Sanders lors du caucus de l’Iowa. D’autres, comme Eric Schmidt et Pierre Omidyar, sont connus pour leurs liens étroits avec la famille Clinton et même avec la campagne 2016 d’Hillary Clinton.

Les Never Trumpers

Outre Brooks, l’autre co-fondateur de TIP est Nils Gilman, l’actuel Vice-Président des programmes de l’Institut Berggruen et, avant cela, il a travaillé pour Salesforce, une grande entreprise technologique et un entrepreneur gouvernemental. Gilman s’intéresse particulièrement à l’intelligence artificielle et au transhumanisme, et a récemment déclaré au New York Times que son travail à l’Institut Berggruen consistait à « construire un réseau transnational de philosophes + technologues + décideurs politiques + artistes qui réfléchissent à la façon dont l’intelligence artificielle et l’édition génétique transfigurent ce que signifie être humain ». Nicholas Berggruen, qui a donné son nom à l’Institut Berggruen, fait partie de la faction des milliardaires, aux côtés de Steve Schwarzman et Eric Schmidt de Blackstone, qui cherchent à développer l’I.A. et la « Quatrième Révolution Industrielle » en collaboration avec les dirigeants politiques et l’élite économique de Chine.

Ce sont des critiques et des rivaux du camp « nationaliste » en ce qui concerne l’I.A. et la Chine, qui préfèrent plutôt « devancer » agressivement les capacités de la Chine en matière d’IA afin de maintenir l’hégémonie mondiale des États-Unis par opposition à un « nouvel ordre » promu par Berggreun, Schmidt, Schwarzman et Henry Kissinger, un autre membre clé de la faction « coopération ». La bataille sur la future politique des États-Unis en matière d’IA à l’égard de la Chine semble être une raison majeure mais largement négligée de l’antipathie envers Trump par les membres de la faction « coopération », en particulier ceux qui emploient les fondateurs du TIP, étant donné la tendance de Trump à soutenir, au moins publiquement, les politiques « America First » et les tensions accrues avec la Chine. En revanche, la famille Biden est investie dans des entreprises chinoises d’IA, ce qui laisse supposer que Biden serait plus disposé à poursuivre les intérêts de la faction « coopération » que Trump.

Si l’identité des fondateurs et du directeur actuel du TIP a été rendue publique, la liste complète des membres du TIP ne l’a pas été. Toutefois, l’organisation « sœur » du TIP, appelée The National Task Force on Election Crises (NTFEC), dispose d’une liste publique de ses membres et plusieurs d’entre eux sont également connus pour faire partie du TIP. Parmi ces membres qui se chevauchent, on trouve Michael Chertoff, ancien chef du Département de la Sécurité Intérieure (DHS), Michael Steele, ancien Président du RNC et Lawrence Wilkerson, chef de cabinet de l’ancien Secrétaire d’État, Colin Powell. Chertoff, Steele et Wilkerson, bien que républicains, font partie de la faction républicaine dite « Never Trump », tout comme les autres membres républicains connus du TIP. Ainsi, bien que la nature « bipartite » du TIP puisse être exacte en termes d’affiliation politique, tous les membres connus du TIP – quel que soit leur parti – sont unis dans leur opposition à un autre mandat du président actuel.

Parmi les autres membres connus du TIP figurent David Frum (l’Atlantique), William Kristol (Project for a New American Century, The Bulwark), Max Boot (le Washington Post), Donna Brazile (ex-DNC), John Podesta (ancien directeur de campagne – Clinton 2016), Chuck Hagel (ancien Secrétaire à la Défense), Reed Galen (co-fondateur du Lincoln Project) et Norm Ornstein (American Enterprise Institute).

Parmi leurs membres connus, le plus franc est Lawrence Wilkerson, qui s’est fait le porte-parole « officieux » du groupe, ayant réalisé la majorité des interviews dans les médias pour promouvoir le groupe et ses « jeux de guerre ». Dans une interview accordée fin juin au journaliste Paul Jay, Wilkerson note que le TIP manque de transparence et que, outre leurs « jeux de guerre », leurs autres activités sont largement confidentielles.

Il l’a expressément déclaré :

« Il y a une certaine confidentialité sur ce que nous avons convenu, sur ce que nous avons rendu public et sur les personnes responsables de cela, ainsi que sur d’autres aspects de nos activités ».

Dans cette même interview, Wilkerson a également noté que la « combinaison d’événements » actuelle, comprenant les troubles récents dans plusieurs villes américaines, la crise du coronavirus, le débat national sur l’avenir de la police, la récession économique et les élections de 2020, était le fondement d’une révolution aux États-Unis :« Je veux dire que c’est ainsi que se produisent des évènements comme 1917 en Russie, comme 1979 à Téhéran, et comme 1789 en France. C’est comme ça que ce genre de choses commence. Nous devons donc faire très attention à la façon dont nous traitons ces choses. Et cela m’inquiète parce que nous n’avons pas une personne très prudente à la Maison Blanche ».

Le chaos planifié – qui en profite ?

Il est certainement possible qu’en cas de victoire nette de Biden, le Président Trump refuse de quitter la Maison Blanche ou de prendre d’autres mesures qui mettraient en cause la foi de nombreux Américains dans le système électoral national. Toutefois, si le TIP prétend être spécifiquement préoccupé par cette éventualité et par la « sauvegarde » de la démocratie sans favoriser aucun des candidats, ce n’est manifestement pas le cas, car leur simulation d’une victoire nette de Trump montre qu’un comportement extrême et « antidémocratique » est, selon eux, admissible s’il empêche quatre autres années de Trump. Pourtant, ce double standard clair révèle qu’un groupe influent d’initiés « bipartisans » a l’intention de créer une « crise constitutionnelle » si Trump gagne et planifie une telle crise indépendamment des résultats des élections de 2020.

Bien avant que le TIP ou l’un de ses groupes affiliés n’apparaissent pour mener ces simulations d’élections apocalyptiques, d’autres groupes étaient également engagés dans des « jeux de guerre » qui prédisaient le chaos complet aux États-Unis le jour des élections ainsi que l’imposition de la loi martiale aux États-Unis suite à l’émergence de troubles et de désordres sans précédent dans le pays.

J’ai détaillé plusieurs de ces jeux dans une série au début de l’année, qui portait principalement sur les simulations de « l’Opération Blackout » menées par la société américano-israélienne Cybereason. Cette société a des liens considérables avec les services de renseignement américains et israéliens et son plus grand investisseur est la Softbank. Notamment, la Softbank est désignée par la Commission Nationale de Sécurité sur l’IA (NSCAI) dirigée par Eric Schmidt comme formant la « colonne vertébrale » d’un cadre mondial d’entreprises axées sur l’IA et favorisées par la faction « coopération » comme moyen de mettre en œuvre la « Quatrième Révolution Industrielle » en coopération avec l’élite économique et politique chinoise.

En plus de Cybereason, plusieurs rapports des grands médias et une série de « prédictions » suspectes des services de renseignements américains et d’autres agences fédérales publiées l’année dernière ont semé l’idée que l’élection de 2020 allait non seulement échouer de façon spectaculaire, mais que la démocratie américaine « ne s’en remettrait jamais ». Maintenant, avec les simulations du TIP ajoutées au mélange et l’avènement du chaos précédemment prédit dans tout le pays à deux mois de l’élection de 2020, il est clair que l’élection du 3 novembre ne sera pas seulement un désastre complet, mais un désastre planifié à l’avance.

La question qui se pose alors est la suivante : à qui profitera le chaos total à partir de l’élection de 2020 ? Comme le TIP l’a suggéré dans plusieurs de ses simulations, le rôle post-électoral des militaires en termes de police nationale, qui est d’ailleurs l’expertise exacte de la co-fondatrice du TIP, Rosa Brooks, est très important, car la plupart des simulations d’élections apocalyptiques susmentionnées se sont terminées par l’imposition de la loi martiale ou l’intervention des militaires pour rétablir l’ordre et superviser la transition.

Le cadre national pour l’imposition de la loi martiale aux États-Unis, via les protocoles de « continuité du gouvernement », a été activé au début de cette année sous le couvert de la crise du coronavirus et il reste en vigueur. Aujourd’hui, une série de groupes profondément liés à l’establishment de Washington et aux agences de renseignement nationales et étrangères ont prédit les moyens exacts d’organiser une élection ratée et de manipuler ses conséquences.

Qui bénéficierait le plus de l’imposition de la loi martiale aux États-Unis ? Je dirais qu’il suffit de regarder la bataille au sein des factions de pouvoir de Washington sur l’avenir de l’IA, qui a été jugée d’une importance cruciale pour la sécurité nationale par le secteur public, le secteur privé et les principaux groupes de réflexion. Le NSCAI, dirigé par Schmidt, et d’autres organismes qui déterminent le plan d’action du pays en matière d’IA, mettent en œuvre une série de politiques auxquelles la plupart des Américains résisteront profondément – de l’élimination de la propriété individuelle des voitures à l’élimination de l’argent liquide en passant par l’imposition d’un système de surveillance orwellien, entre autres choses.

Tous ces programmes ont progressé sous le couvert de la lutte contre le coronavirus, mais leur progression ne peut continuer à utiliser cette justification que pendant un certain temps. Pour des groupes comme le NSCAI, les Américains doivent se réjouir de ces avancées axées sur l’IA, même si cela signifie que les Américains risquent de perdre leur emploi ou leurs libertés civiles. Sinon, affirment ces groupes et leurs bailleurs de fonds milliardaires, les États-Unis seront « laissés de côté » et « à la traîne » lorsque viendra le temps de fixer les nouvelles normes mondiales en matière de technologie de l’IA, car les États-Unis seront alors laissés dans la poussière par l’industrie chinoise de l’IA en pleine croissance, qui se nourrit de sa propre mise en œuvre de ces technologies.

En gardant les Américains en colère et en les distrayant de la division partisane par un chaos électoral planifié à l’avance, une « Nouvelle Amérique » attend dans les coulisses – une Amérique qui s’en vient quoi qu’il arrive le jour des élections. À moins, bien sûr, que les Américains ne se rendent rapidement compte du stratagème.

source : https://unlimitedhangout.com

traduit par Réseau International




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.