Alerte COVID-19: Risque d’incinération des corps, familles dans la précarité, incertitudes sur le Fonds dédié, La Diaspora interpelle l’Etat




Des inquiétudes allant de l’exhumation possible suivie de risques d’incinération des corps des défunts du COVID-19, des familles dans la précarité aux incertitudes liées au Fonds qui leur est dédie… Une pluie d’incertitudes semble s’abattre sur les Sénégalais établis dans la Diaspora et plus particiculièrment, en Italie. En bref, les raisons de cette interpellation à l’endroit des autorités sénégalaises.

Covid19- Rapatriement des corps en Italie au Sénégal: Les "modou modou" demande à l'Etat de revoir..
Watch this video on YouTube.
Voir la vidéo sur YouTube

Dans cet entretien accordé à Leral.net, via Leral TV, Ibrahima Niane le porte-parole du Collectif pour le rapatriement du corps des Sénégalais décédés en Italie a réexprimé leur déception suite à la décision du gouvernement de ne pas rapatrier les dépouilles de leurs collégues et les problèmes connexes.
« Vraiment on ne s’attendait pas à ça de la part du gouvernement, mais plutôt qu’il prenne les bonnes dispositions pour les fils du pays établis dans la Diaspora. C’est eux qui disaient que la Diaspora est la 15ième région du Sénégal. C ‘est un paradoxe que des fils de cette région ne puissent pas être enterrés chez eux », s’est désolé Ibrahima Niane le porte-parole du Collectif
Parce que selon lui, nous gouvernants n’ont pas la bonne information, car tout le matériel pour sécuriser les dépouilles était la, des sacs hermétiques, des produits absorbants, des cercueils… toutes les conditions sont réunies pour le faire. Mais certains ont été enterrés ici.
Et pourtant une autre inquiétude s’y ajoute car il y a des toujours frais à payer pour ces corps enterrés et en cas de non paiement, à une période donnée, les corps seront exhumés et incinérés.
Des députés de la Diaspora comme Mame Diarra Fam ont remis à Amadou Ba, des éclairages et la bonne information, raison pour laquelle le collectif est certain que le gouvernement peut rectifier le tir.
L’autre grande épine dans leurs pieds est que de nombreuses familles sont dans le désarroi, car certains sont au chômage, et 158 de ces cas sont actuellement pris en charge par eux dans un élan solidaire, avec les Dahira et autres associations.
Pour le fonds qui leur est dédié par l’Etat, Ibrahima soutient qu’ils voient et suivent la plateforme du ministère des affaires étrangères, mais pour le moment rien ne se dessine, c’est pourquoi ils sont tous étonnés et inquiets…
Des recommandations ont été formulées aux Sénégalais pour le respect des mesures d’hygiène, car le fléau est réel et impacte négativement tous les secteurs. Mais le contrer est possible…