François Fillon: «Si j’avais pu ouvrir la porte pendant le vol, je me serais jeté dans le vide»




lefigaro.fr

Carl Meeus

La sortie du livre de Tugdual Denis, La Vérité sur le mystère Fillon, est l’occasion pour l’ancien candidat à la présidentielle de régler des comptes.

François Fillon à Paris, le 27 février 2020. Mehdi Taamallah/NurPhoto via AFP

«Les quinze mois de mon existence qui m’ont causé le plus de malheur auront été les quinze mois où j’ai été la plus heureuse.» Cette phrase de Marie, la fille de François Fillon, résume sans doute parfaitement ce que le candidat à l’élection présidentielle de 2017 et sa famille ont enduré pendant toute la campagne. Tugdual Denis a réussi l’exploit, dans son dernier livre *, de pénétrer dans l’intimité d’une famille et d’un homme jusqu’ici totalement secrets. Le journaliste a obtenu l’accord d’Anne Méaux, la communicante de l’ancien premier ministre, et celui de François Fillon. Il a passé plusieurs jours en immersion dans le manoir de Beaucé avec eux, l’a suivi chez ses amis, Henri de Castries, a rencontré ses proches, François Sureau, Antoine Gosset-Grainville, Bruno Retailleau.

En n’interrogeant que des familiers, l’auteur brosse inévitablement un portrait favorable d’un François Fillon qui en profite pour régler des comptes. Avec Nicolas Sarkozy en premier. L’ancien président de la République




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.