Le cas Breonna Taylor, l’autre affaire de violences policières qui secoue les États-Unis




Dans les rues de Louisville (Kentucky), les manifestants qui dénoncent les violences policières scandent les noms de George Floyd, d’Ahmaud Arbery, mais aussi celui de Breonna Taylor, une agent de santé tuée de huit balles par des policiers. Ils réclament que son nom ne soit pas oublié et que justice lui soit rendue.
Breonna Taylor aurait eu 27 ans le vendredi 5 juin. Ce jour-là, des centaines de manifestants sont descendus dans le centre-ville de Louisville, dans l’État du Kentucky, pour réclamer l’arrestation et l’inculpation des policiers impliqués dans la mort de cette technicienne en soins médicaux tuée le 13 mars dernier à son domicile. Certains ont entonné un “Happy Birthday” tandis que d’autres ont envoyé des cartes d’anniversaire au procureur général du Kentucky, Daniel Cameron, pour réclamer justice, selon le New York Times.
Dans le même temps, sur les réseaux sociaux, la ferveur est aussi vive pour cette jeune Afro-américaine qui rêvait de devenir infirmière. “#BreonnaTaylor devrait célébrer son 27e anniversaire. Au lieu de cela, elle été tuée par balles alors qu’elle dormait dans son lit. Les policiers n’ont pas été inculpés”, peut-on lire dans les tweets d’internautes en colère.Well-Read Black Girl ™@wellreadblkgirl

We demand justice for Breonna Taylor. She should be alive celebrating her birthday with family & friends. Instead her life was cut short by senseless police violence. The officers should be arrested & held accountable. #SayHerName #BirthdayforBreonna

Voir l'image sur Twitter

5 491Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité4 011 personnes parlent à ce sujetDepuis, le nom de Breonna Taylor est devenu indissociable du hashtag #SayHerName, un mouvement social né en 2015  dans la lignée du mouvement “Black Lives Matter” et destiné à rappeler que les femmes noires aux États-Unis sont tout aussi victimes de violences policières que les hommes. La sénatrice Kamala Harris a partagé ce sentiment sur Twitter. “Nous ne pouvons pas oublier les femmes noires dans notre quête de justice”, a-t-elle écrit.
Kamala Harris@SenKamalaHarris

Black women killed at the hands of law enforcement cannot be forgotten in our fight for justice. #Saytheirnames https://time.com/5847970/police-brutality-black-women-girls/ …Why Are Black Women and Girls Still an Afterthought in Our Outrage Over Police Violence?Cooper argues that we miss the intersection of race and gender when it comes to Black womentime.com6 726Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité2 169 personnes parlent à ce sujet
“Sa vie a été tragiquement prise par la police et nous ne cesserons de marcher pour la justice tant qu’elle n’aura pas servi pour elle et sa famille. #SayHerName”, a pour sa part  déclaré le sénateur Cory Booker, démocrate du New Jersey.Cory Booker@CoryBooker

Today would’ve been Breonna Taylor’s 27th birthday. Her life was tragically taken by police and we will not stop marching for justice until it’s served for her and her family. #SayHerName7 834Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité1 866 personnes parlent à ce sujetDes personnalités telles que les actrices Millie Bobby Brown, Emily Ratajkowski ou encore la chanteuse Cardi B se sont également jointes à cette mobilisation sur la Toile.
iamcardib@iamcardib

Happy Birthday #BreonnaTaylor .She looks so pretty and fine in this pic.Her story it’s so sad and unfair and it almost didn’t get picked up by the media.Kentuky police department really tried to sweep her case under the rug,but got is BIG.The fight ain’t over till you get justice

Voir l'image sur Twitter

137 kInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité30,8 k personnes parlent à ce sujet“Nous n’essayons pas de rivaliser avec l’histoire de Floyd”

“Toutes les vies des Noires comptent”, a commenté dans les colonnes du New York Times Andrea Ritchie, auteur de “Invisible No More: Police Violence Against Black Women and Women of Color” (Plus jamais invisibles : les violences policières subies par les femmes noires et les femmes de couleur). Nous n’essayons pas de rivaliser avec l’histoire de Floyd, nous essayons de terminer l’histoire”, ajoute la militante qui s’étonne que le nom de Breonna Taylor ne soit pas davantage scandé dans les manifestations qui agitent actuellement les États-Unis.
Pendant plusieurs semaines, le cas Breonna Taylor est resté oublié des médias. Probablement à cause de l’attention médiatique largement focalisée, à l’époque, sur l’épidémie de Covid-19, avance l’avocat de la famille Taylor, Ben Crump. Mais aussi l’absence de vidéo lors de la mort de la jeune femme, contrairement à celles d’Ahmaud Arbery et de George Floyd. 
Les faits sont là : vers 1 h du matin, le 13 mars, trois policiers en civil ont perquisitionné à l’adresse de la Breonna Taylor avec un mandat. Lorsque les policiers sont entrés dans l’appartement après avoir défoncé la porte d’entrée, son fiancé, Kenneth Walker, s’est emparé de son arme et a tiré un coup de feu, touchant l’un des policiers à la cuisse. L’un d’eux a répliqué en tirant au moins 20 coups de feu en direction du couple. Breonna Taylor a reçu au moins huit balles.
Après avoir survécu miraculeusement à la fusillade, Kenneth Walker a été arrêté et accusé de tentative de meurtre, avant la levée des poursuites le mois suivant.
“Le 2e amendement ne s’applique pas pour les Afro-Américains”
Selon le Louisville Courier Journal, la police enquêtait sur deux hommes qui, selon eux, vendaient de la drogue dans une maison éloignée du domicile de Breonna Taylor. Mais un mandat a été signé pour autoriser la police à fouiller dans son appartement, au motif que l’un des deux hommes avait utilisé cette adresse pour recevoir des colis. Il permettait aux forces de l’ordre d’entrer sans avertissement et sans s’identifier.
“Le deuxième amendement ne s’applique pas pour les Afro-Américains. [Breonna Taylor et Kenneth Walker] pensaient être victimes de cambriolage”, a dénoncé Ben Crump, l’avocat de la famille et spécialiste des droits civiques, lors d’une entrevue sur CBS. Il bataille pour que la mort de la jeune femme soit requalifiée en meurtre.
Depuis la fin mai, le FBI a ouvert une enquête sur les circonstances entourant la mort de Breonna Taylor. Selon les derniers éléments de l’enquête, les policiers n’ont pas trouvé de drogue dans l’appartement de la jeune femme et le revendeur de drogue recherché était déjà interpellé au moment où le mandat de perquisition a été exécuté.
Reste que les trois policiers de Louisville impliqués dans cette affaire n’ont, pour l’heure, jamais été inquiétés. À Louisville, la tension s’intensifie dans les rues. Le 1er juin, en marge des manifestations contre les violences policières, la police a de nouveau abattu un restaurateur de 53 ans, David Mc Atee. Il était afro-américain.