Le Royaume-Uni commet un «hold-up» de l’or vénézuélien




wikistrike.com

En ce qui concerne le Venezuela, la Grande-Bretagne souffre d’un trouble de la double personnalité. Alors que le ministère britannique des affaires étrangères entretiendrait « des relations diplomatiques complètes, normales et réciproques » avec le gouvernement du président Maduro légitimement élu et avec l’ambassadeur britannique de Maduro, le gouvernement britannique a activement soutenu le « leader » autoproclamé soutenu par les États-Unis, Juan Guaido, qui a mené le coup d’État contre Maduro en 2019.

La semaine dernière, la Haute Cour de Londres a statué que Juan Guaido était « sans équivoque » reconnu comme le président du Venezuela.

Il y a cependant un problème avec la décision : Juan Guaido n’est pas le président

Il a peut-être fait des efforts, il a parlé et il a marché (en se modelant clairement sur un croisement entre Justin Trudeau et Emmanuel Macron, avec les manches retroussées comme Barack Obama). Il avait exactement l’image jeune et libérale qu’il fallait pour mener la campagne de changement de régime menée par les États-Unis dans la nation sud-américaine. Mais le coup d’État de l’an dernier, soutenu par les États-Unis et la Colombie, a eu un effet dramatique sur lui, l’armée vénézuélienne ayant refusé de le soutenir.

Néanmoins, il était dans l’intérêt du gouvernement britannique de soutenir le futur leader vénézuélien. Le verdict de la Haute Cour a été rendu dans une affaire portée devant le tribunal par le gouvernement de Maduro, qui tente d’accéder à un milliard de dollars de son or actuellement détenu par la Banque d’Angleterre. C’est assez simple : la banque ne veut pas payer, et utilise le leadership « contesté » de Maduro comme raison pour ne rien faire. Tout à coup, il est important que la présidence de Maduro soit contestable, sans parler du fait qu’il a été réélu démocratiquement en 2018.

Juan Guaido affirme que les fonds provenant de l’or de la Banque d’Angleterre seraient utilisés pour « soutenir le régime », alors que le gouvernement vénézuélien a insisté sur le fait que l’argent servirait à gérer la pandémie de coronavirus. Maduro a même déclaré qu’une fois l’or vendu, l’argent serait transféré au Programme des Nations unies pour le développement. Quoi qu’il en soit, la raison semble hors de propos : à quand remonte la dernière fois où vous ou moi avons dû justifier un retrait de nos propres comptes bancaires ?

J’ai récemment parlé au secrétaire national de la Campagne de solidarité avec le Venezuela et maître de conférences à l’université du Middlesex, le Dr Francisco Dominguez, qui m’a dit que la décision de la Haute Cour de bloquer le transfert de l’or vénézuélien ne constituait rien d’autre qu’un « hold-up » et il a condamné l’utilisation par le Royaume-Uni du Guaido dans cette affaire comme « dispositif légal pour voler les avoirs du Venezuela ». Il a déclaré :

Il est tout à fait clair que la reconnaissance par le Royaume-Uni de la ridicule « présidence intérimaire » de Guaido n’a rien à voir avec la « démocratie » ou les « droits de l’homme », mais c’est plutôt du « pillage colonial ».

Après tout, Guaido n’a rien de démocratique ou de décent : il est de connivence avec les narcotrafiquants colombiens ; il a fait une tentative de coup d’État violent ; il a engagé des mercenaires américains pour assassiner le président Maduro et plusieurs hauts fonctionnaires du gouvernement vénézuélien, il promeut vigoureusement les sanctions et l’agression contre sa propre nation, et il pue la corruption ».

Le Dr Dominguez a également souligné la collusion directe du gouvernement britannique avec Guaido, comme l’a récemment découvert un journaliste britannique. Des documents récemment obtenus, exposés par John McEvoy, ont récemment fait la lumière sur le lien trouble entre le gouvernement britannique et l’aspirant président vénézuélien. Il a été découvert qu’une unité du Foreign & Commonwealth Office (FCO) appelée « Unité de reconstruction du Venezuela » a été créée, ce qui n’a été officiellement reconnu par aucun des deux pays. Les documents révèlent que la représentante de Juan Guaidó au Royaume-Uni, Vanessa Neumann, s’est entretenue avec des fonctionnaires du FCO au sujet du maintien des intérêts commerciaux britanniques dans la « reconstruction » du Venezuela. Une conversation de cette nature pue manifestement le changement de régime, étant donné que le Venezuela possède les plus grandes réserves pétrolières prouvées au monde et que Mme Neumann a déjà eu des liens avec des compagnies pétrolières. La Grande-Bretagne met ses intérêts en jeu dans la disparition du Venezuela.

Officiellement, le gouvernement britannique a une position différente. En ce qui concerne l’or du Venezuela, l’ancien ministre du Trésor Robert Jenrick a déclaré en 2019, en réponse à la question parlementaire, « quelle était la base juridique de la décision de la Banque d’Angleterre de geler environ 1125 lingots d’or stockés par la banque centrale vénézuélienne en novembre 2018 », que c’était « une affaire pour la Banque d’Angleterre ». Jenrick a soutenu que le Trésor de Sa Majesté n’a de contrôle direct que sur les propres avoirs en or du gouvernement britannique dans ses réserves officielles, qui sont détenues à la Banque d’Angleterre ».

Cependant, les faits brossent un tableau différent.

Les mémoires de John Bolton à la Maison Blanche, « The Room Where It Happened », révèle que le ministre britannique des affaires étrangères de l’époque, Jeremy Hunt, « était ravi de geler les dépôts d’or vénézuéliens déposés à la Banque d’Angleterre afin que le régime ne puisse pas vendre l’or pour continuer à fonctionner ».

Tel que Bolton l’a admis sans honte :

« C’était le genre de mesures que nous appliquions déjà pour faire pression financièrement sur Maduro. »

L’ancien conseiller à la sécurité nationale raconte dans son livre combien il était fier d’avoir été la force motrice de la prise de pouvoir de 2019 :

« J’ai été encouragé par le fait que le gouvernement de Maduro m’a rapidement accusé d’avoir mené un coup d’état. »

Bolton décrit ouvertement comment ils ont discuté des moyens de délégitimer le gouvernement vénézuélien, alors que Trump aurait déclaré : « Peut-être qu’il est temps de mettre Maduro hors d’état de nuire. »

Les preuves suggèrent que le Royaume-Uni s’est pleinement conformé au plan directeur de Bolton pour destituer Maduro, et qu’il continue à travailler avec les États-Unis pour saper le leadership vénézuélien ; seulement de manière vraiment subtile, subrepticement, en espérant que personne ne le remarque. Qui sait, quand, si jamais, les Vénézuéliens verront leur or. Mais vous pouvez être sûr qu’ils n’investiront pas de sitôt avec la Banque d’Angleterre.

Johanna Ross

Article original en anglais :

UK Commits ‘Highway Robbery’ of Venezuelan Gold, Says Academic

L’article en anglais a été publié initialement par infobrics.org

Traduction par Aube Digitale

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Johanna Ross, Mondialisation.ca, 2020