Les victimes de viol face à un “choix impossible” au Brésil




Paloma venait de rassembler assez d’argent pour un avortement clandestin lorsque la pandémie de coronavirus est venu confiner une grande partie du Brésil.

La femme de 27 ans avait été violée à la fin de l’année dernière par un ex-petit ami qui est resté un ami proche de la famille. La mère de deux enfants a découvert qu’elle était enceinte quelques semaines plus tard, après avoir déménagé de sa Bahia natale à Minas Gerais, un État voisin, pour travailler.

“Je ne savais pas quoi faire”, se souvient Paloma. “La seule chose dont j’étais sûr, c’est que je ne voulais pas de cet enfant” dit-elle.

Le Brésil a des lois strictes sur l’avortement. Ils ne sont autorisés qu’en cas de viol, lorsque la vie de la mère est en danger ou lorsque le fœtus présente un défaut d’anencéphalie – une maladie rare qui empêche une partie du cerveau et du crâne de se développer.

Bien que Paloma ait droit à l’avortement selon la loi, comme beaucoup de femmes au Brésil, elle a peur.

Sa crainte est de devoir signaler le viol à la police pour avoir accès à un avortement légal, une tactique couramment utilisée pour éloigner les femmes de la procédure. Ce faisant elle a peur des représailles de son violeur.

“J’étais vraiment inquiète pour la sécurité de mes enfants”, explique-t-elle en prenant sa décision d’économiser pour un avortement clandestin.

Une manifestation pro-choix à Sao Paulo le 8 août 2018
Légende image,De nombreuses manifestations réclamant l’accès à l’avortement ont eu lieu ces dernières années au Brésil
Manifestation anti-avortement i à São Paulo, Brésil, le 3 décembre 2018.
Légende image,Mais la question fait face à une forte opposition, en particulier de la part des groupes religieux

Les avortements clandestins sont risqués: lorsqu’ils sont pratiqués sans surveillance médicale efficace, ils peuvent entraîner des complications et mettre la vie des femmes en danger. Les femmes qui pratiquent des avortements clandestins peuvent également encourir jusqu’à quatre ans de prison.

Mais Paloma ne savait pas vers qui se tourner et a commencé à économiser les 3700 reais (environ 370 000 Fcfa) dont elle avait besoin pour l’avortement clandestin, une somme qui fait plus de trois fois le salaire mensuel minimum au Brésil.

Un médecin allait prendre l’avion depuis Rio de Janeiro, à plus de 900 km (560 miles) de sa nouvelle maison à Minas Gerais, pour effectuer l’avortement. Mais la pandémie de Covid-19 a paralysé le Brésil, fermant les aéroports, les gares routières et les centres de santé.

Fin avril, Paloma était enceinte de plus de 23 semaines. ”Quand le confinement a commencé, il est devenu vraiment difficile de voyager – tout est devenu tellement compliqué”, explique-elle.

Le processus étant entravé par des retards, Paloma s’est tourné une dernière fois vers Internet à la recherche d’autres options. Elle est tombée sur Milhas pela Vida das Mulheres, un réseau qui aide les femmes à accéder à des avortements sécurisés.

Le groupe l’a aidée à comprendre ses droits et l’a dirigée vers l’une des rares cliniques d’avortement légales encore en activité pendant la pandémie. Pour Paloma, c’était un soulagement. ”J’allais risquer ma vie et je n’aurais peut-être pas été en vie aujourd’hui”, dit-elle à propos de l’avortement clandestin qu’elle prévoyait.

Accès restreint

De nombreuses femmes brésiliennes n’ont pas eu la même chance que Paloma pendant la pandémie. Au début, la crise a fortement restreint l’accès aux avortements légaux, de nombreuses cliniques d’avortement ayant fermé leurs portes. Les données collectées par les militants de l’avortement suggèrent que sur les 76 cliniques enregistrées pratiquant l’avortement légal au Brésil, seules 42 sont restées ouvertes pendant la pandémie.

Nuavidas est un centre de santé situé à Uberlândia qui aide les victimes de violences sexuelles, c’est là-bas que l’avortement de Paloma a eu lieu. “La pandémie a permis de mieux comprendre les droits des femmes”, déclare l’obstétricienne Dr Helena Paro, coordinatrice de Nuavidas.

Sandra Leite est la coordinatrice d’un centre pour femmes victimes de violence à l’hôpital pour femmes de Recife, qui est également resté ouvert pendant la pandémie. Elle dit que la pandémie a rendu plus difficile l’accès des femmes vulnérables à une clinique.

Sandra Leite pose pour une photo
Légende image,Sandra Leite travaille à l’hôpital pour femmes de Recife

Pendant la quarantaine, ”les femmes avaient plus de mal à quitter la maison” pour demander de l’aide, dit-elle. “Et dans certains cas, leurs agresseurs étaient à l’intérieur de la maison avec elles, elles ne pouvaient donc pas se faire soigner.” Elle dit que le centre où elle travaille a vu une baisse du nombre de patientes, même s’il était l’un des rares à rester ouvert.

Mais elle dit que maintenant que les mesures de restriction sont assouplies, la demande d’avortements légaux a augmenté. “Nous constatons que les femmes ont subi plus de violence lorsqu’elles étaient isolées à la maison avec leurs agresseurs”, dit Mme Leite.

Limites arbitraires

À la clinique du Dr Paro, le nombre de femmes demandant un avortement légal a récemment doublé. Et de nombreuses femmes – comme Paloma – arrivent avec des grossesses plus avancées, probablement parce qu’elles n’ont pas pu chercher ou accéder à de l’aide pendant la pandémie.

Dr Helena Paro à son travail
Légende image,Le Dr Helena Paro dit que plus de femmes cherchent à se faire avorter après le confinement

”Parfois, ces femmes ont dû parcourir de longues distances pour accéder à ce droit”, explique le Dr Paro. “Et c’est souvent pourquoi elles arrivent avec des grossesses plus avancées.”

Après 22 semaines de grossesse, les avortements sont controversés et le ministère brésilien de la Santé les déconseille, invoquant des risques accrus pour la santé de la mère. Cela pourrait constituer un autre obstacle pour les femmes.

Le Dr Paro indique que même si la limite de 22 semaines n’est “pas fondée scientifiquement” ni inscrite dans la loi brésilienne, la plupart des cliniques refusent de mener à bien la procédure au-delà de ce point.

La clinique du Dr Paro est l’une des quelques installations au Brésil qui pratiquent des avortements au-delà de 22 semaines.

Elle qualifie les 22 semaines de “limite arbitraire” qu’elle prétend que de nombreux médecins utilisent comme “une excuse pour refuser un avortement auquel ils sont déjà opposés”.

“Donc, si une femme dépasse les 22 semaines, elle aura d’énormes difficultés à trouver une clinique au Brésil aujourd’hui” où elle peut se faire avorter, explique le Dr Paro.

Coup supplémentaire

Même avant que le Covid-19 ne frappe le Brésil, le droit à l’avortement était critiqué.

Avec peu de cliniques à travers le vaste pays, la plupart des femmes ont déjà eu du mal à accéder à l’avortement légal, explique Gabriela Rondon, chercheuse et avocate chez Anis, une organisation de promotion des droits des femmes.

Manifestation pro-choix à Sao Paulo le 21 novembre 2017

Dans le nord plus pauvre, il n’y a que deux cliniques pour une région de plus de 17 millions d’habitants.

“De nombreuses femmes n’ont pas de clinique à proximité, en particulier les femmes des zones rurales”, dit Mme Rondon. “Et il y a aussi un manque d’information – souvent, les femmes ne savent pas qu’elles ont ce droit.”

Elle ajoute que dans la pratique, de nombreuses cliniques déclarent offrir le service mais “utilisent une série d’obstacles, qui retardent l’accès à un avortement ou le rendent impossible”.

Lorsque des femmes se rendent dans une clinique proposant des avortements légaux, elles sont souvent traitées avec hostilité ou interrogées de manière agressive. Certains médecins refusent de pratiquer des avortements pour des motifs liés à la «conscience».

Les femmes qui souhaitent accéder à l’avortement sont également confrontées à un nouvel obstacle. En août, le gouvernement a publié de nouvelles directives enjoignant les cliniques de signaler les cas de viol à la police – même lorsque les victimes ne le souhaitent pas.

Mme Leite pense que ces directives décourageront les femmes qui ont été violées de demander à se faire avorter en vertu de la loi.

“Tout ce travail qui a été fait au fil des ans, aujourd’hui, nous le voyons s’effondrer”, dit-elle.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.