Méditerranée : L’OIM a recensé 1.283 décès en 2019




EDITORS NOTE: Graphic content / A handout picture released on February 21, 2017 by the Al-Zawiyah Branch of the Libyan Red Crescent shows Libyan Red Crescent volunteers recovering the bodies of 74 migrants that washed ashore on February 20 near Zawiyah on Libya’s northern coast. The International Organization for Migration (IOM) said the boat was reported to have foundered leaving as many as 100 people dead. The agency said that if confirmed, the deaths would bring the total number of migrants killed trying to cross the Mediterranean so far this year to more than 365.- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / AL-ZAWIYAH BRANCH - LIBYAN RED CRESCENT / AMIN ALAMR" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS/ AFP / Al-Zawiyah Branch - Libyan Red Crescent / Amin ELAMR / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / AL-ZAWIYAH BRANCH - LIBYAN RED CRESCENT / AMIN ALAMR" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Méditerranée : L’OIM a recensé 1.283 décès en 2019

En 2019, l’Organisation internationale des migrations (OIM) a recensé 1 283 décès connus en Méditerranée, la route centrale entre l’Afrique du Nord et l’Italie étant la plus mortelle. Au moins 19 164 migrants auraient péri dans les flots ces cinq dernières années.

Depuis l’été 2018, succédant à l’Italie qui assurait auparavant ce rôle, les garde-côtes libyens sont chargés par l’Europe de coordonner les sauvetages dans une vaste « zone de recherche et de secours » dépassant leurs eaux territoriales. Une mission que la Libye, en guerre, est incapable de mener à bien, dénonce SOS Méditerranée.

« Avec l’intensification des violences en Libye, de plus en plus de réfugiés et de migrants prennent le risque, potentiellement mortel, d’entreprendre le voyage en mer », a déploré pour sa part sur Twitter, Charlie Yaxley, un porte-parole du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

La semaine dernière, plus de 400 migrants (216 hommes, 38 femmes et 149 enfants) se trouvant à bord du navire humanitaire Ocean Viking ont débarqué à Tarente, dans le sud de l’Italie, après avoir été secourus, selon l’ONG Médecins sans frontières (MSF).

A bord, il y a également 12 femmes enceintes, 132 mineurs non accompagnés (certains entre 11 et 13 ans) et 20 familles. Ils viennent du Maroc, de Guinée, du Sénégal, du Burkina Faso, du Kenya, du Nigeria, du Mali et de Somalie.