Raphael Warnock et Jon Ossoff, ces démocrates qui font basculer le Sénat du côté de Biden




RFI

Jon Ossoff et Raphael Warnock en compagnie de Joe Biden qui était venu les soutenir lors d’un meeting à Atlanta le 4 janvier 2020. AP – Carolyn Kaster

Aux États-Unis, la victoire de Raphael Warnock et Jon Ossoff aux élections sénatoriales en Géorgie offre au parti démocrate le contrôle des deux chambres. Le président élu Joe Biden a désormais une plus grande latitude pour appliquer son programme.

En proclamant ce mercredi 6 janvier sa victoire, Raphael Warnock a eu un mot pour sa mère. La vieille dame de 81 ans a voté pour lui avec ces mêmes mains qui ramassaient il y a bien des années le coton pour quelqu’un d’autre, a-t-il raconté.

C’est dire si la victoire de Raphael Warnock, pasteur de l’église baptiste Ebenezer à Atlanta, est riche en symbole. Il est le premier Afro-Américain à devenir sénateur en Géorgie, et plus largement sénateur dans un ancien État ségrégationniste. Et l’église où il officie est celle où, avant lui, son père était déjà pasteur aux côtés d’un certain Martin Luther King – jusqu’à son assassinat en 1968.

Raphael Warnock, un progressiste

Onzième enfant d’une famille recomposée de douze frères et sœurs, Raphael Warnock, 51 ans, grandit dans un logement social de Savannah, en Géorgie, sur la côte. Très tôt, il se tourne vers la religion, ce qui ne l’empêche pas de décrocher plusieurs diplômes dont un doctorat en philosophie. L’homme est connu pour être un progressiste, opposé à la peine de mort, appelant à l’extension du programme de soins pour les plus démunis Medicaid. Il a d’ailleurs déjà été arrêté en manifestant pour ce programme.

Raphael Warnock soutient l’avortement et le mariage gay. Le New York Timesrapporte aussi qu’il a encouragé les Églises noires à être « plus inclusives avec les homosexuels » et a critiqué les Églises blanches pour avoir été des complices actifs « de l’esclavage et de la ségrégation ». En 2012, lorsque l’adolescent noir Trayvon Martin a été tué en Floride, Raphael Warnock est monté en chaire revêtu, comme lui, d’un sweat à capuche.

Jon Ossoff, le modéré

Jon Ossoff est quant à lui considéré comme un modéré au sein de son parti. Il s’oppose aux projets de l’aile gauche démocrate, comme l’assurance santé universelle, mais soutient l’Obamacare. Sa candidature au poste de sénateur pour la Géorgie avait été immédiatement appuyée par une figure du parti démocrate et des droits civiques, le député noir John Lewis, décédé en juillet dernier.

La victoire de Jon Ossoff est elle aussi symbolique : il devient à 33 ans le plus jeune sénateur de l’histoire des États-Unis depuis 1973 et la victoire d’un certain Joe Biden. 

En 2017, Jon Ossoff avait déjà attiré l’attention en étant candidat dans le 6e district congressionnel de Géorgie, un district largement républicain. Il avait perdu, avec tout de même un score de 48,22%. Mais il avait récolté pour sa campagne 23 millions de dollars de dons, ce qui, rapportait à l’époque le New York Times, en avait fait l’élection à la Chambre des représentants la plus chère de l’histoire des États-Unis.

À lire aussi: Avec leurs deux victoires en Géorgie, les démocrates remportent le contrôle du Sénat




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.