Sahara occidental: statu quo entre le Front Polisario et le Maroc




rfi

Un hélicoptère des Nations unies aterrit dans un champs, tandis qu’un membre du Front Polisario monte la garde, durant la visite au Front du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, le 5 mars 2016, à Bir-Lahlou (Sahara occidental). Farouk Batiche / AFP

Il est difficile de savoir avec précision ce qui se passe sur le terrain, dans cette région que se disputent le Maroc et les indépendantistes. Vendredi dernier, le Front Polisario affirmait que le cessez-le-feu signé en 1991 était rompu, après une opération militaire marocaine pour débloquer une route dans la zone tampon de Guerguerat, proche de la frontière avec la Mauritanie. Hier, les Nations unies ont confirmé des échanges de tirs entre les troupes marocaines et le Front Polisario.

La mission de l’ONU affirme avoir reçu des informations des deux parties sur des tirs à différents endroits durant la nuit de dimanche à lundi.

Hier soir, dans un communiqué, le Front Polisario indique pour sa part avoir mené des attaques contre le mur de défense marocain, dans le nord et le centre du territoire.
Dans ce contexte, la Minurso appelle une nouvelle fois le Maroc et les indépendantistes à la retenue, et à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire baisser la tension.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s’est entretenu hier par téléphone avec le roi du Maroc. Selon un communiqué officiel marocain, Mohamed VI indique rester attaché au cessez-le-feu… mais déterminé à réagir avec la plus grande sévérité contre toute menace à la sécurité de son pays.

De son côté, le Polisario affirme que la fin de la guerre sera liée à la fin de l’occupation de la partie du Sahara occidental sous contrôle marocain, et à l’application pleine et entière de l’accord conclu en 1991, qui prévoit un référendum d’auto-détermination.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.