Séquestration et brutalités : Les deux gendarmes du Consulat du Sénégal à Paris suspendus




Le cri du cœur de la dame Oumou Goloko dont l’époux avait été séquestré et violenté par des gendarmes en service au Consulat du Sénégal à Paris, vient de connaître un important développement. Quelques heures après la presse ait relayé ce énième traitement inhumain et dégradant dans les locaux du Consulat de la Rue de l’Amiral Hamelin, les premières sanctions sont tombées. Les deux pandores sont suspendus et renvoyés à Dakar.

Pour une fois, les lenteurs administratives notées régulièrement, ne pourront être évoquées tellement la dextérité avec laquelle les services du ministre des affaires étrangères Amadou Ba, ont réagi est à saluer. C’est le 30 septembre dernier que la dame Oumou Goloko accompagnée de son mari pour des démarches administratives, ont vu le ciel s’abattre sur leur tête. Le traitement inhumain dont son époux a été la victime a été largement relayée au point que l’autorité était obligée de réagir et promptement.

Quatre jours après l’incident qui a fait coûter la vie à Demba Mansour le mari de la dame Oumou Goloko, le ministère des affaires étrangères avait pondu un communiqué dans lequel il prenait connaissance des informations faisant état de violences perpétrées sur un Sénégalais par deux agents du consulat général du Sénégal à Paris dans les locaux dudit Consulat.

Le rapport circonstancié remis par le Consul Amadou Diallo le lendemain des faits a été accablant contre les deux gendarmes. Mais, le dernier clou qui va enfoncer les gendarmes, sera le rapport de l’inspection interne du Département qui a été dépêchée 48 heures plus tard à Paris, qui sera déterminant dans la décision de suspendre les deux pandores. Les bandes vidéo des caméras de surveillance du Consulat ont permis aux enquêteurs de se rendre compte de l’effectivité des affirmations du couple.

Pour rappel, c’est le 30 septembre que le couple s’était rendu au Consulat pour un dépôt de passeport et récupérer la carte d’identité de Oumou Goloko. Sa carte a été déclarée « inexistante » dans un premier temps par le préposé avant que ce dernier « retrouve » ladite carte après paiement. Pour avoir réclamé les 15,50 euros pris à son épouse pour un nouveau dépôt, Demba Mansour a été invité au sous-sol où deux gendarmes ont commis des violences sur sa personne.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.