20 ANS REQUIS CONTRE OUSSEYNOU DIOP, LA PARTIE CIVILE RÉCLAME 500 MILLIONS FCFA




20 ans de réclusion criminelle ! C’est la peine que procureur a requis contre Ousseynou Diop, attrait à la barre de la chambre criminelle de Dakar. Dans son réquisitoire, le maitre des poursuites s’est appesanti sur un élément qu’il juge décisif : l’homicide.

D’après le maitre des poursuites, il y a eu mort d’homme et l’accusé a reconnu en être l’auteur. Ce qu’il nie c’est l’intention de tuer d’autant qu’il met tout dans le compte d’un accident. Cependant, le représentant du ministère public estime que le crime d’assassinat est bien réel dans cette affaire. Etayant ses propos, il dit que l’accusé s’est senti offensé, est allé chercher son pistolet dans son véhicule avant de tuer son protagoniste. Donc, de l’avis du procureur, la préméditation a été formée en deux tas. Il y a eu, explique-t-il, le fait qu’il aille chercher son arme et qu’il a commencé à insulter son rival.

Pour le procureur, l’accusé fait partie des personnes qui n’aime pas la contradiction et l’enquête sociale l’a démontrée. Estimant qu’il avait une volonté réelle de tuer, le maitre des poursuites a requis qu’il soit retenu dans les liens de l’accusation. Ce, parce que l’homicide est volontaire et a été minutieusement préparé. Auparavant, les avocats des parties civiles ont fait leur réquisitoire. Pour eux, l’accusé a préparé son crime et l’ensemble des éléments versés dans le dossier corrobore l’acte criminel. La partie civile réclame 500 millions de francs CFA en guise de réparation du préjudice par la mère et les sœurs du défunt. Ils demandent 300 millions de francs CFA pour la mère du défunt et 100 millions de francs CFA pour chacune des deux sœurs du disparu.