Affaire Batiplus : Comment Alex Kfoury a été démasqué




Le présumé complice de Rachelle Sleylati pourrait rejoindre cette dernière en prison, à l’issue de leur procès.

Alors que l’affaire Batiplus suit son cours, avec la dame Rachelle Sleylati qui bouclera bientôt 6 mois d’emprisonnement, les choses semblent se corser pour son «fiancé» Alex Kfoury. Ce dernier, jeune Libanais arrivé au Sénégal en 2015 est soupçonné d’être son principal complice. Se présentant comme la victime d’une cabale, Alex Kfoury semble pourtant avoir été rattrapé par ses mensonges. Auditionné par la gendarmerie, quelque temps après la mise sous mandat de dépôt de Rachelle, Alex avait déclaré n’avoir aucun bien immobilier au Sénégal.

Une enquête minutieuse de la gendarmerie montrera que l’argent volé dans les comptes de Batiplus a permis de faire des acquisitions de deux luxueux appartements au Plateau, à 395 millions de francs Cfa l’un, et l’autre à 95 millions, payés en espèces, ainsi qu’un autre via la Sci Diarama à 360 millions de Cfa. Ces biens auront été conjointement acquis par Rachelle Sleylati et Alex Kfoury, des personnes ayant des revenus respectifs de 1 million et 800 mille francs Cfa par mois. Audelà de l’énormité des montants versés en espèces, la délégation judiciaire a permis de découvrir des comptes ouverts, au Crédit international, avec des centaines de millions versés en 2019.

Soulignons que c’est en 2019 qu’a eu lieu le détournement à Batiplus. Alex Rabih Kfoury, rien que dans le compte ouvert à son nom au Crédit international, a effectué des versements en espèces pour une somme de 297 millions 57 mille 800 Cfa entre le 7 février 2019 et le 17 juin 2020. Entre mai 2019 et décembre 2019, ce sont 210 millions 648 mille 888 Cfa qui ont été versés.

Au total, sur deux comptes bancaires distincts, des versements cumulés d’un montant total de 507 millions 705 mille 800 francs Cfa seront effectués, en plus d’un compte dépôt à terme de 400 millions de francs Cfa, au nom de Alex Kfoury, bien qu’il ne produise aucun document fiscal attestant des revenus nets après impôts. Difficile donc de comprendre que Alex Kfoury puisse circuler sans inquiétude dans Dakar alors que sa complice, qui a fait de lui le principal bénéficiaire de l’argent volé, est sous mandat de dépôt.

Leur stratégie de départ qui consistait à se présenter en victimes n’aura donc pas prospéré, puisque dorénavant les preuves suffisamment accablantes laissent envisager un procès qui ne sera pas un moment de gaieté ni pour Rachelle Sleylati ni pour Alex Kfoury.