Gouvernement-Sytjust : la paix après 71 jours de bras de fer




Après une très longue grève de soixante-onze jours ponctuée par une rude bataille médiatique et marquée par des dysfonctionnements fort préjudiciables aux justiciables, tout porte à croire que ce 1er septembre 2020 marquera la fin des hostilités et un renouveau dans les relations jusqu’ici très tendues entre travailleurs de la Justice et leur ministre de tutelle.
Lundi soir, le Bureau exécutif national (Ben) du Syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust) a annoncé qu’il animera une conférence de presse mardi au siège de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas) à la zone de captage à Dakar.
Cette annonce intervient après celle faite mercredi dernier dans laquelle le syndicat dirigé par Me El Hadji Malick Boune Ayé Diop décidait d’une suspension de 96 heures pour donner une chance de réussite aux négociations ouvertes avec le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Malick Sall. Hier (lundi), sur la base d’informations de sources dignes de foi parvenues au Soleil, on peut affirmer que les protagonistes ont fini par fumer le calumet de la paix : leurs échanges formels et informels durant les dernières 96 heures, surtout le week-end, auraient été déterminants et fructueux.
Si du côté du Sytjust, on a consenti à renoncer à un radicalisme à outrance qui anéantirait toute possibilité de sortie de crise en même temps qu’il aggraverait les préjudices subis par les justiciables avec une paralysie des juridictions, le Gouvernement, en la personne de Me Malick Sall agissant en parfaite intelligence avec le président de la République, aurait aussi beaucoup œuvré dans le sens de l’apaisement, de la décrispation et d’une solution définitive.
Résultats des courses ?
Ce mardi, il ne serait pas surprenant que le Sytjust annonce la suspension de sa longue grève de plus de deux mois. Et que dans les quarante-huit heures, un organe chargé de concrétiser tous les points d’accords soit mis en place par le Garde des Sceaux.
Son rôle et sa mission ?
Mettre tout à plat et présenter au Gouvernement les textes adéquats pour prendre en charge les réclamations justifiées du Sytjust qui préserveraient les intérêts de l’Etat. Et nos interlocuteurs nous soufflent que l’Etat, pour démontrer sa détermination à solutionner cette crise, est décidé à revenir sur les suspensions de salaires de plus de 45 jours ayant frappé les travailleurs de la Justice. Pour ce faire, le Garde des Sceaux a pris l’engagement, avec bien entendu l’imprimatur du chef de l’Etat, d’obtenir que compensation soit faite aux travailleurs de la Justice d’ici fin septembre 2020.
Composition du comité de facilitation
Last but not least, indiquons que le comité de facilitation précité regrouperait trois membres du Sytjust, un représentant du ministère de la Fonction publique, un représentant du ministère des Finances et du Budget, un représentant du ministre Secrétaire général du Gouvernement, des agents du ministère de la Justice, le Batonnier de l’ordre des avocats, le président de l’Association des juristes africains (AJA), Pape Ogo Seck, un représentant de la présidente du Haut conseil des dialogues sociales, Innocence Ntap Ndiaye, Aliou Niane de la Cour des compte. Yakham Codou