Livre : Pape Alé, Mody Niang et Nafi Ngom cités à comparaître




Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Cheikh Oumar Hanne, a fait servir par le biais de Me Boubacar Cissé, des citations directes à Pape Alé Niang, Mody Niang et Nafi Ngom Kéïta. La démarche vise à laver son honneur après la parution d’un livre sur son passage au Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Un livre qualifié par l’ancien Pm Dionne de «tissu de mensonge».
Les avocats du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Cheikh Oumar Hanne sont passés à l’acte hier mardi 11 novembre 2020 en remettant à Pape Alé Niang, Mody Niang et Nafi Ngom Kéïta des citations à comparaître.
Commis par le ministre et amené par Me Boubacar Cissé, le pool d’avocats a pour mission de laver l’honneur du ministre. Ainsi devront-ils en découdre devant la barre avec le journaliste Pape Alé Niang, l’ancienne présidente de l’Ofnac Nafi Ngom Kéïta et l’ex inspecteur de l’enseignement et ci-devant chroniqueur, Mody Niang.
Ils sont accusés d’actes tendant à nuire à la réputation du demandeur. Actuel ministre de l’Enseignement supérieur, M. Hanne est présenté dans un livre intitulé “Scandales au cœur de la République : le dossier du Coud”, comme «le parfait exemple de la mal-gouvernance du régime de Macky Sall».
Avant la parution de ce livre, le ministre Hanne est la cible d’attaques. Dans son département des démissions ont été notées. Mais pour ces cas, la défense de Cheikh Omar Hanne soutient mordicus que les informations ayant trait à ces démissions en cascade, relèvent d’une commande. Le camp du ministre d’évoquer la démission d’Amadou Moustapha Sow dit Foyré, pour informer que «sa qualification professionnelle et son cursus ne lui permettent pas d’occuper le poste de directeur du Centre national de documentation scientifique et technique». Ainsi, après le remplacement de son mentor, Marie Teuw Niane, par l’ancien directeur du Coud, Cheikh Omar Hanne, Foyré en était devenu gêné et a préféré jetet l’éponge.
Il y a aussi le cas de Fatoumata Hanne, ex-directrice de l’Institut supérieur d’enseignement (Isep) de Bignona ainsi que celui de Seydina Ndiaye, ci-devant ex-directeur du centre des réseaux et systèmes d’information «Dcrsi» qui avait déposé sa lettre de démission bien avant le changement intervenu à la tête du département ministériel.