Ziguinchor : Mis en cause dans la mort de Benjamin Coly




Les personnes mises en causes dans l’assassinat de Benjamin Coly domicilié dans le quartier de Lyndiane, dans la périphérie de Ziguinchor ont été arrêtés par les hommes du Cdt El Hadj Malick Ndiaye du commissariat de Police de Yamatogne. Le présumé assassin d’origine libanaise Victorio Imad Charaf plus connu sous le sobriquet de «Victor» et trois «complices» Dieudonné Badiane, Pape Khalifa Diouf et Lazare Loppy ont été envoyés à la citadelle du silence.

Leurs enquêtes bouclées le mardi dernier, l’exploitant agricole Victorio Imad Charaf alias «Victor» et ses trois «complices» Dieudonné Badiane, Pape Khalifa Diouf et Lazare Loppy qui étaient tous ses employés dans son verger sis dans le quartier tristement célèbre de Diabir, ont été déférés ce mercredi 09 septembre 20 à l’issu de leur face-à-face avec le Procureur de la République. Les faits pour lesquels ils ont été arrêtés et déférés à la Maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor se déroulés dans la nuit du samedi 05 au dimanche 06 septembre au niveau du verger du nommé Victorio Imad Charaf alias «Victor». Selon nos sources proches de l’enquête, «Victorio Imad Charaf alias «Victor» avait, le jour des faits, organisé un diner à l’honneur de ses amis et quelques un de ses employés. C’est ainsi qu’il s’attacher des services de Benjamin Coly afin que ce dernier puisse l’aider dans la cuisson des escargots», renseigne nos sources. «A la fin de la fête les employés de «Victor» à savoir Dieudonné Badiane, Pape Khalifa Diouf et Lazare Loppy se sont retirés dans leur chambres laissant derrière eux leur patron Victorio Imad Charaf alias «Victor» et Benjamin Coly», dixit nos sources.

Entendus par les policiers enquêteurs, «c’est Benjamin Coly qui m’a asséné des coups avant que je ne perde connaissance. Quand j’ai repris mon esprit, je me suis rendu compte qu’il (Benjamin Coly) avait fini de me soutirer la somme 40.000 FCFA dans mon sac. Quand je l’ai interpellé, il m’a fait savoir qu’il y avait un voleur qui s’est introduit dans ma maison qui trône dans mon verger et que c’est ce dernier qui m’a frappé avant que je ne perde connaissance et qu’il avait fini de récupérer et garder l’argent que j’avais gardé une enveloppe. C’est quand j’ai ouvert l’enveloppe que je me suis rendu compte qu’il manquait 40.000 FCFA. A la question de savoir où sont mes 40.000 FCFA ?, Benjamin Coly m’a dit que ce n’est pas lui qui les a pris. Il s’en suivra des échanges houleux entre nous deux et qui a fini par une bagarre », a confié, aux policiers enquêteurs, «Victor». «C’est au cours de la bagarre que j’ai fait appel à mes employés afin qu’ils puissent à battre Benjamin Coly. Quand nous l’avons battu, nous l’avons sous un manguier se trouvant dans le verger jusqu’au lendemain à 07 heures du matin. C’est nous même qui avons informé sa famille. Sa maman accompagnée de ses deux filles se sont aussitôt rendues sur les lieux», a soutenu «Victor» dans son audition.

Sur les lieux, Benjamin Coly a été découvert par sa famille dans un état triste. «Il (Benjamin Coly) a été retrouvé nu, à poil et recouvert de boue par sa mère et ses deux sœurs. Il ne pouvait ni marcher, ni parler. Il avait aussi les yeux fermés et les blessures étaient apparentes sur tout le long de son corps», renseigne nos sources proches du dossier. «C’est par la suite que nous nous sommes entendus avec la famille de Benjamin Coly avant que mes employés et moi ne le transportions jusque chez lui et dans sa chambre. Mais auparavant, je lui avais offert un bain. Ceci étant, nous sommes retournés dans mon verger», dixit l’exploitant agricole. Ce n’est que le même jour (dimanche 6 septembre 20), aux environs de 18 h que l’état de santé de Benjamin Coly a commencé à se dégrader. Transporter d’urgence aux services des urgences du Centre hospitalier régional de Ziguinchor, il finit par rendre l’âme. L’autopsie délivrée par le médecin légiste a révélé des traumatismes cranio-antéphéliques et des lésions au niveau du thorax et de l’abdomen liés aux coups et blessures.

Cuisinés à leur tour, les trois «complices» et employés de «Victor» ont laissé entendre devant les limiers que, «c’est quand nous sommes sortis de nos chambres que nous avons trouvé «Victor» et Benjamin Coly en train de se battre. Nous n’avons jamais battu Benjamin Coly. Nous avons seulement aidé «Victor» à le transporter jusque chez lui, dans sa chambre», ont expliqué Dieudonné Badiane, Pape Khalifa Diouf et Lazare Loppy. «Ce ne sont pas les coups que j’ai donnés à Benjamin Coly qui l’ont tué. Benjamin Coly avait percuté un manguier et avait même perdu connaissance. Je ne reconnais pas l’avoir tué », a bouclé «Victor » dans son audition lors de son face-à-face avec les policiers enquêteurs. Pour rappel, né en 1983 à Dakar, marié Victorio Imad Charaf alias «Victor» avait tenté de quitter la ville de Ziguinchor. L’enquête ouverte par la Police a permis de mettre la main sur lui à Bignona.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.