CHOIX DU CHEF DE L’OPPOSITION : « MACKY SALL EST EN TRAIN DE CHERCHER DES MOYENS D’AFFAIBLIR L’OPPOSITION », ESTIME ABDOULAYE FALL




Le Président de la CAP/SÉNÉGAL NAATANGUÉ, Abdoulaye Fall, prend avec des pincettes les dernières propositions faites dans le cadre du dialogue politique, notamment la nomination du chef de l’opposition. Il pense que le chef de l’Etat Macky Sall est en train de chercher des moyens pour affaiblir l’opposition. « Macky Sall, fidèle à lui-même, cherche par tous les moyens à affaiblir l’opposition. Après cinq mois de suspension du Dialogue National le point concernant la nomination du chef de l’opposition fut parmi les premiers à être abordés. Je pense que si l’opposition sénégalaise ne se réveille pas maintenant et constitue un bloc solidaire mettant au premier niveau l’intérêt des sénégalais, le Président Sall va utiliser la méthode du “diviser pour mieux régner ” afin de gagner les élections », a argumenté l’ex porte-parole du PTP dans un document.
Et Abdoulaye Fall de poursuivre : « Je constate que la loi n’a pas précisé le statut de la personne qui doit incarner le chef de l’opposition ni comment la choisir. C’est pour cela que je sonne l’alerte en demandant aux citoyens opposants de faire attention au piège car cette loi ne doit pas être une pomme de discorde. »

Revenant sur la question du parrainage, Abdoulaye Fall estime que l’histoire « nous a donné raison car l’opposition n’a jamais été pour le parrainage. Nous avions organisé des marches pour dire non et des gens ont été malmenés et arrêtés. Et aujourd’hui la suppression du parrainage ne fait que démontrer que c’était une machination politique de la mouvance présidentielle qui était la seule à en tirer profit. Ce n’était ni de l’intérêt des citoyens ni de celui de la démocratie sénégalaise comme le Président Sall a voulu nous en faire croire. La preuve est là car le système du parrainage prend trop de temps et les charges sont trop lourdes pour les locales. Et, vu le temps d’ici les élections qui auront lieu mars 2021, cela peut nous conduire à un nouveau report ».
Cheikh Ndoye