Faut-il envoyer la classe politique à la retraite?




Faut-il envoyer à la retraite tous ces politiciens qui nous gouvernent depuis l’indépendance du pays et qui n’ont pas réussi à nous sortir de ce marasme, où plus de cette stagnation dans tous les domaines ? En effet, le Sénégal est composé depuis l’indépendance d´un cercle de politiciens, dépassé par le cours des événements actuels. Nous pensons à juste raison que le Sénégal ne saurait continuer de reproduire les mêmes schémas anachroniques de penser et d´agir des générations passées et qu´une alternance générationnelle s´impose. Le développement, l´émergence et l´accroissement ne peuvent se faire que par le renouvellement des compétences. Personne ne rend à sa génération un service plus grand que celui qui, soit par son art, soit par son existence, lui apporte le don d´une certitude. Le temps n’est il pas venu pour un nouveau mode de gouvernance? Si aujourd’hui la politique est devenue le moyen le plus rapide pour avoir de la richesse, c’est parcequ’il ya plus d’homme politique que d’homme d’Etat. L’homme d´Etat, dans son originalité doit être visionnaire, ambitieux et créateur, travaillant sur le long terme et pour une autre génération au risque de ne pas durer au sommet. L´homme d´Etat instaure des bases solides pour l´avenir et le bien-être de son pays. L´essence de l´homme d´Etat se base sur une éthique humaniste, qui apporte dignité, respect, justice équitable et prospérité à son peuple. Or, l´homme politique pense d´abord aux élections, à sa poche, travaillant et utilisant, la calomnie, le mensonge et la violence comme leitmotiv. L´homme politique fait de la transhumance, de la corruption et du clientélisme politique son programme pour développer une nation. L´homme politique se dote de fonds pour acheter des personnes influentes avec comme but d´avoir du bétail électoral. Une vraie gouvernance de rupture ne doit pas être un slogan mais une réalité que les Sénégalais devront sentir. Le développement économique et social du Sénégal nécessite la mise en œuvre d´une stratégie prenant en compte une nouvelle gérance des biens publics. Les milliards du contribuable ne doivent pas servir ni à acheter du bétail électoral, ni à corrompre cette nouvelle race de politiciens mais plutôt à aider les nécessiteux ou soulager le panier de la ménagère et peut être même subventionner les frais d´inscriptions des étudiants. Tout citoyen a le droit de comprendre comment se passe la gestion des affaires publiques de l´Etat. Et si le citoyen ne se préoccupe pas de cette gestion, cela déboucherait sur cette inégalité de la distribution des richesses qui peut conduire à une instabilité sociale.