Inondations / Mamadou Lamine Diallo, Tekki: « L’Etat FayeSall mis à nu »




Le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo dans sa Questekki 215 du mardi 8 Septembre 2020, a considéré que les communes mal urbanisées et mal assainies du Sénégal, sont sous les eaux et les populations abandonnées à leur sort, apprenant à vivre avec le coronavirus, en enterrant leurs morts. Leur souffrance est totale et la Famille FayeSall n’en a cure.

Le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, dans sa Questekki de ce mardi, dit avoir demandé la semaine dernière, le déclenchement du Plan Orsec, en supprimant les dépenses inutiles comme le dialogue national. Macky Sall, soutient-il, a réagi une semaine plus tard. C’est triste. « Macky Sall avait lancé en 2012 le plan décennal de lutte contre les inondations pour en finir avec ce problème récurrent.

En fin de période, le résultat est là, c’est l’échec total. Quelle honte et surtout pour le beau-frère, maire de Saint-Louis. Une commission d’enquête parlementaire et des descentes sur le terrain s’imposent. C’est le rôle de la Commission que je préside à l’Assemblée Nationale », a réagi Mamadou Lamine Diallo.

D’après lui, la situation de Saint-Louis est catastrophique avec les inondations, la saleté et le manque d’emploi. ” Manifestement, le maire est incapable de gérer cette commune historique comme il a été incapable de s’occuper de notre secteur hydraulique. Ce qui est plus inquiétant, insiste-t-il, c’est l’avenir de la pêche dans cette zone.

Menacée déjà par l’exploitation gazière à venir, elle se voit bloquée dans ses activités en Mauritanie. Près de 10 000 de nos pêcheurs y sont dans l’impossibilité d’affréter des navires pour pêcher. Seules 400 licences ont été données par les autorités mauritaniennes, certes gratuitement.

La pêche est sinistrée et la Famille FayeSall n’a aucune vision de la filière.” Il reste d’avis que le président de l’APR /BBY, la Covid-19 a montré que l’alimentation est fondamentale. « Nous devons assurer notre souveraineté alimentaire dans la pêche et subordonner la délivrance des licences à cet objectif », prévient-il.