Mouvance Présidentielle : Mansour FAYE, Un Autre Dauphin Putatif S’écrase




Beaucoup voyaient en Mansour Faye un potentiel successeur de son beau-frère. Certains le considéraient comme le dauphin caché de Macky Sall, mais l’attribution polémique de l’achat et du transport de l’aide alimentaire a porté un sacré coup à son image et ruine aussi ses chances.

La polémique ou le scandale, c’est selon, sur l’achat et le transport de l’aide alimentaire, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, vient de porter un sacré coup à l’image du ministre Mansour Faye, «membre éminent de la galaxie Faye-Sall», dont l’image était déjà trop chargé négativement en raison de ses liens trop étroits avec le président Macky Sall, son beau-frère. Sa piètre prestation lors de sa tentative de convaincre les Sénégalais a fini de ruiner définitivement son image et son avenir politique. Simple vue de l’esprit ou volonté réelle de Macky Sall de se faire remplacer par son beau-frère, en tout cas, beaucoup de Sénégalais de la mouvance présidentielle comme de l’opposition voyaient en Mansour Faye un potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2024. Ils le considéraient comme le dauphin caché du président de la République. Dans une de ses contributions, le député Mamadou Lamine Diallo accuse Macky de couvrir «l’incompétence» de son beau-frère qu’il avait nommé ministre chargé de l’Hydraulique et de l’Assainissement. «Macky Sall demande l’audit technique des ouvrages d’assainissement au Ps dompté, une façon de couvrir l’échec cuisant de Mansour Faye à qui il a confié tous les projets sociaux à grand financement de son régime pour asseoir une clientèle politique. S’il y a un nullard version Macky Sall dans ce pays, c’est bien Mansour Faye», disait-il.

Le 2 mai 2019, dans une contribution intitulé: Mansour Faye ou le dauphin caché, un responsable de l’Apr qui avait utilisé le pseudonyme Soundiata Keïta, accusait Macky Sall de vouloir se faire succéder par son beau-frère. «C’est faire preuve de cécité intellectuelle que de croire à un règlement d’un dauphinat par un projet de loi ou une proposition de loi. Au contraire, c’est à travers une préparation dans les fonctions étatiques et une véritable assise politique, que le Président de l’Apr est en train de travailler à faire ”émerger” un homme. A ce titre, un ministère nouvellement créé dénommé: ‘Ministère du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territorial’ a été confié à Mansour Faye», écrivait-il. Avant de poursuivre : «Bizarrement, dans ce ministère sont rattachés plusieurs programmes phares de l’Etat du Sénégal le Pudc, le Puma, Promovilles, la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpssn) et la Cmu».

A l’en croire, le Pudc permettra à Mansour Faye d’aller dans les zones rurales en distribuant des moulins à mil aux femmes, en construisant des forages, en participant à la mise en place des pistes de production et éventuellement avoir une bonne assise dans ce milieu. Il affirme aussi que le Puma lui permettra de connaître en profondeur, à l’occasion de ses visites de terrain, les axes et territoires frontaliers, de participer à l’implantation des programmes de l’État dans ces zones. «Que dire du Promovilles où il aura une très belle occasion de collaborer avec les maires de commune qui souhaiteraient bénéficier dudit programme. Sans compter la Dgpssn par l’intermédiaire de laquelle Mansour pourra donner beaucoup de bourses sociales jusque dans les villages les plus profonds pour espérer un retour sur investissement. La Cmu est incontestablement un moyen de faire enrôler beaucoup de personnes dans la couverture maladie universelle ( élèves, étudiants, et autres personnes à revenu limité) Bref, une belle occasion est offerte à Mansour d’aller dans le monde rural, de faire des descentes dans le milieu urbain, et de se promener jusque dans les territoires frontaliers», disait-il, rappelant qu’à Saint Louis, Mansour Faye a réduit à néant tous ceux qui ont voulu se dresser contre lui ; tels que Alioune Badara Cissé et Mary Tew Niane, non reconduit dans l’équipe gouvernementale. Ainsi, Mansour Faye tombe, emporté par la «mauvaise gestion». Avant lui, Mouhamadou Makhtar Cissé, l’actuel ministre de l’Energie et du Pétrole, a vu son image ruinée par sa gestion de la Senelec. Ainsi, le cercle des potentiels successeurs de Macky Sall se rétrécit de plus en plus.