«Il y a un phénomène, traité au début de la pandémie, qui revient…»




SOCIÉTÉ 25 MINS

Alors que le niveau d’infection est dans une dynamique baissière, les cas importés, eux reviennent vigoureusement. Ce qui suscite la craindre chez les autorités.

Le ministère des Transports aériens s’est voulu clair. Tout passager à destination du Sénégal doit se présenter avec un test covid-19 négatif datant des 7 derniers jours. Et les compagnies qui embarqueront un passager ne disposant pas de document attestant que le test a été fait, se chargera du rapatriement de ce passager. Ce vendredi, le ministre de la Santé a expliqué pourquoi une telle mesure a été prise.

«Il y a un phénomène, qui avait été traité au début de la pandémie, qui revient. C’est le fameux cas importé. Au début de la pandémie, sur la courbe on avait un cas importé. On l’a traité pendant une bonne phase de croissance jusqu’à maturité. On est entré, maintenant, dans une phase de décroissance de la courbe et le cas importé revient. Le cas importé est porteur de risque », a signalé Abdoulaye Diouf Sarr, lors d’une séance de travail avec le ministre des Transports aériens.

Ce dernier, s’est voulu ferme à l’endroit de ses services : «Nous devons être strictes et fermes dans l’application de la circulaire17-23 du 13 octobre 2020. L’Anacim devra veiller scrupuleusement auprès des compagnies aériennes à l’application stricte de cette circulaire à l’embarquement dans tous les aéroports à destination du Sénégal. Tout sénégalais qui vit à l’étranger et qui souhaite venir au Sénégal doit être conscient qu’il doit disposer de ce test négatif datant de moins de 7 jours. C’est une question de sécurité nationale», a précisé Alioune Sarr.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.