« LE SÉNÉGAL FERA PARTIE DES PAYS QUI AURONT LE VACCIN »




“Quand il y a aura un vaccin, le Sénégal fera partie des pays qui auront ce vaccin (afin de) donner aux populations le meilleur remède du point de vue de la prévention et du traitement”. La déclaration est faite par Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, lors du lancement, ce lundi, 16 novembre, de la plateforme de fabrication des tests de diagnostic rapide des maladies épidémiques et négligées, appelé Diatropix, à l’Institut Pasteur de Dakar.

Il dit : “en matière de prévention, le Sénégal est assez avant-gardiste. On a la Direction de la prévention, qui gère aujourd’hui, toute notre politique de vaccination. Dans cette politique, nous sommes effectivement dans un schéma non seulement africain par le biais de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) mais aussi mondial dans le cadre de ce partenariat de l’ensemble des pays. Ce que je veux dire par là, c’est que le Sénégal a pris toutes les dispositions à la fois scientifiques et financières pour bénéficier de toutes les avancées en la matière. Nous ne pouvons pas, aujourd’hui, vous parler de commande ou de livraison mais ce que je peux vous dire pour rassurer les populations de manière globale, c’est que le Sénégal a pris toutes les dispositions au plan scientifique, organisationnel et financier pour ne pas être à la traîne.”

Toutefois, assène la tutelle, “il ne sera pas question d’introduire n’importe quoi chez nous (mais) introduire le vaccin qui sera homologué au niveau international par les institutions habilitées en la matière par la communauté sanitaire internationale”.

D’après les estimations de l’OMS, un vaccin sûr et efficace contre la COVID-19 pourrait être distribué début à mi-2021. Mais, avant que les vaccins contre la COVID-19 puissent être mis à disposition, plusieurs difficultés importantes doivent être surmontées dont l’innocuité et l’efficacité des vaccins, qui doivent être prouvées dans le cadre d’essais cliniques de grande ampleur (de phase III).

Ainsi, de nombreux vaccins potentiels contre la COVID-19 sont à l’étude, et certains des essais cliniques de grande ampleur pourraient donner des résultats fin 2020 ou début 2021.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.