Région de Kaffrine: Baisse significative des cas de paludisme




Kaffrine enregistre une baisse significative du nombre de cas de paludisme qui passe de 8483 en 2018 à 5637 en 2019. Mieux, seuls 12 décès liés au paludisme ont été recensés dans la région en 2019.

Le nombre de personnes atteintes de paludisme baisse drastiquement à Kaffrine. Et ce sont des chiffres partagés par la région médicale qui le disent. Chiffres qui montrent clairement que les cas confirmés par Tdr (Test de diagnostic rapide) passent de 8483 en 2018 à 5637 en 2019, soit exactement 2846 malades de moins en seulement un an. S’agissant particulièrement de la couverture des femmes enceintes, elle a augmenté de 8 points, passant de 50,04 à 58,7% sur la même période. Mieux, seuls 12 décès liés au paludisme ont été enregistrés dans la région en 2019 contre 15 en 2018.
«Tout cela prouve que la maladie est bien gérée dans la région», a commenté le chargé de communication de la région médicale de Kaffrine, Sana Ndiaye, jeudi dernier, en marge d’un atelier de partage du plan local d’accélération contre le paludisme. Des éléments ont été mis en avant pour expliquer ce recul du palu dans la région : la dotation en moustiquaires, le renforcement des activités de sensibilisation, la prise en charge précoce des cas et l’élaboration d’un plan d’accélération qui s’adapte parfaitement au contexte local.
«Les progrès enregistrés sont encourageants mais il faudra encore beaucoup d’efforts pour aller vers une éradication du paludisme dans la région», a fait savoir Sana Ndiaye, qui compte s’appuyer sur les radios communautaires pour emmener les populations à adopter les bons comportements face à la maladie transmise par l’anophèle femelle. Il s’agira concrètement, dit-il, de faire en sorte que les enfants et les femmes enceintes, couches très vulnérables, dorment sous moustiquaires imprégnées. «C’est pour dire l’importance de renforcer les séances de sensibilisation dans les quartiers et villages qui doivent faire le focus sur l’hygiène et la propreté des habitats», explique le chargé de communication de la région médicale.
Disparités énormes
Le palu recule à Kaffrine. C’est incontestable. Mais un constat s’impose : les progrès enregistrés dans la région cachent des disparités énormes. La répartition des cas par département le montre bien : en effet là où Kaffrine, Malem Hodar et Birkilane se retrouvent respectivement avec 871, 745 et 433 malades de paludisme en 2019, Koungheul enregistre 3588 cas sur la même période. Un chiffre qui représente plus de la moitié des cas récences dans la région (5637 en 2019).

«C’est préoccupant et ces chiffres enregistrés à Koungheul interpellent tout le personnel de santé de la région», dit Sana Ndiaye, qui annonce une bonne nouvelle : l’arrivée d’un partenaire, Vector Link qui va reprendre les Aid (Aspersions intra-domiciliaires) en faveur des populations de Koungheul. C’est une méthode coûteuse mais très efficace contre les moustiques. «Vector Link est déjà sur place. Et ils vont très bientôt démarrer les opérations. Nous pensons qu’avec ce partenaire, nous allons réussir à inverser la tendance à Koungheul», dit Sana Ndiaye.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.