Accaparement de la pharmacie Mme Goundiam: Levée de boucliers contre la femme d’Abdoulaye Baldé




Notre coup de gueule intitulé « Rendez donc à Mme Aïcha Goundiam Mbodj sa pharmacie » dans notre édition du mercredi 23 septembre, a créé un véritable tsunami dans le monde de la pharmacie sénégalaise. « Indignation », « dénonciation » et « usurpatrice » sont les mots et maux les plus partagés par le secteur.

Un pilonnage en règle contre l’épouse d’Abdoulaye Baldé, accusée de profiter de sa proximité avec le couple présidentiel pour s’accaparer de la pharmacie occupée depuis 1978, par Mme Aïcha Goundiam Mbodj. « Vous savez, cette femme d’Abdoulaye Baldé est une simple bonne femme qui a usé et abusé de passe-droits. Elle avait racheté la pharmacie de Majmoud Diop, à partir d’un prêt bancaire de 300 millions de francs. Elle a revendu le terrain à un Libanais et a fait disparaître la pharmacie… Elle n’est pas travailleuse, c’est juste pour parader… ça ne doit pas passer.

C’est une apatride. Je suis sûre qu’elle est un sous-marin d’un Libanais… Quel malheur, ce pays… Mme Mbodj née Goundiam, est la fille du grand magistrat Ousmane Goundiam. Il faut faire barrage à cette usurpation, faire une levée de boucliers !!! Cette mascarade ne doit pas passer !!

On ne doit pas permettre à une personne qui a fait disparaître la grande pharmacie du grand Majmoud Diop, par paresse et parce qu’elle n’a jamais travaillé réellement ,de revenir sur la scène, comme si rien ne s’était passé et lui permettre d’usurper l’emplacement d’une grande dame de la profession et qui, de plus, a travaillé, s’est échinée toute sa carrière et honnêtement !! On ne doit pas permettre aux arrivistes, affairistes de faire de la profession, un machin… sans respect de la Législation, de la Déontologie… C’est vraiment dramatique… », témoigne un éminent pharmacien, très au fait de ce dossier d’accaparement.

A l’en croire, la femme d’Abdoulaye Baldé « ne fait pas de la pharmacie, mais fait du business ». Quid de l’Ordre des pharmaciens dans ce dossier ? Hélas, Mme Goundiam Mbodj ne peut pas compter sur les membres de ce machin puisqu’ils se sont aplatis totalement devant la puissance politique qui tire les ficelles à partir du palais présidentiel dans ce dossier.
Devant le directeur de la Pharmacie et du Médicament aussi.

Seulement, les pharmaciens sont outrés par la tournure des choses. dans les rangs des pharmaciens, une idée de grève est agitée pour barrer la route à cette injustice faite à la brave Mme Aïcha Goundiam Mbodj.