Association de malfaiteurs, usage de faux : Comment un français de 70 ans et ses complices ont été arrêtés




T. J. R. Picolo, un Français de plus de 70 ans, et ses quatre présumés complices ont été déférés au parquet de Dakar par la Division spéciale de cybersécurité (DSC). Pour se venger de sa copine F. Guèye qu’il l’a largué, il a ourdi un plan machiavélique qui s’est retourné contre lui.

T. J. Picolo et F. Guèye alias “Dany Guèye’’ se sont connus, il y a trois ans. Ils ont vécu en concubinage à Ngaparou, jusqu’à ce qu’une brouille vienne mettre fin à l’idylle. Le septuagénaire avait une totale confiance en sa dulcinée à qui il avait remis sa carte bancaire, pour faire les achats. Ainsi, lorsque la séparation a été actée, Dany s’est mise en couple avec un jeune Sénégalais. T. Picolo n’a pu le supporter. Puis, il s’est amouraché d’une nouvelle conquête du nom de L. J. Lama. Mais le temps passant, il n’a pu oublier Dany Guèye. C’est là qu’il a décidé de se venger d’elle et de sa “trahison’’.

Dans un premier temps, il a demandé à son ex de lui rembourser l’argent qu’elle lui aurait soutiré. Cette dernière refusa, soutenant qu’il n’a jamais été question de vol ; que l’argent qui lui a été remis a servi au bon fonctionnement de leur maison. C’est ainsi qu’il a décidé de porter l’affaire en justice. Il a écrit trois plaintes adressées à la brigade de la gendarmerie de Ngaparou, au commissariat central de Mbour et à la Division spéciale de cybersécurité (DSC). Il y raconte avoir perdu 200 millions de F CFA et qu’à plusieurs reprises, son ex avait
fait des retraits variant entre 300 et 400 000 F CFA. Les limiers de la DSC ont alors ouvert une enquête.

Dany Guèye auditionnée

Dany Guèye a été convoquée. Elle a dit aux enquêteurs qu’elle n’avait rien à se reprocher et qu’elle n’a volé aucun centime à son ex. Les enquêteurs ont poursuivi leurs investigations. M. Picolo est venu leur dire qu’il a les preuves de ce qu’il avance. Il a, ainsi, mis à la disposition des enquêteurs des audiod’échanges de WhatsApp qui accablent Dany Guèye. On y entend des voix féminines, dont l’une se présente comme la mère de son ex et reconnaissant le vol. On les entend parler de chercher des marabouts qui feront définitivement taire le Français. En sus des documents audio, il a donné aux policiers des relevés bancaires.

En exploitant les documents, les enquêteurs se sont rendu compte de bizarreries. Ils ont poussé leurs investigations, avec des techniques modernes, et ont eu le fin mot de cette affaire. Les agents de DSC ont découvert que les documents sont faux. Dès lors, ils ont commencé à faire des exploitations techniques des audio, avec notamment des reconnaissances vocales. Ils se sont alors rendu compte que toute cette histoire était cousue de fil blanc pour régler des comptes.

Les aveux des mis en cause

Selon nos interlocuteurs, l’actuelle copine de Picolo, L. J. Lama, a demandé à son amie D. Faye de se faire passer pour la mère de F. Guèye. Dans les audio WhatsApp, cette dernière confie que sa fille a volé l’argent de son ex. Puis, les deux amies ont activé deux comédiennes, Di. Faye et K. D. Daffé, pour donner plus de crédit à la mise en scène. Leur mission consistait à enfoncer l’ex-concubine en se faisant passer pour elle et une amie. Dans les audio incriminés, elles y font des menaces de mort contre le vieux. On apprend que D. Faye a été la première convoquée et entendue. Elle n’a fait aucune difficulté pour avouer son fait. Les deux comédiennes ont, elles, soutenu qu’elles pensaient jouer des rôles dans une pièce de théâtre. Leurs arguments qui n’ont pas convaincu les enquêteurs

A la fin de leur période de garde à vue, les 5 prévenus, T. J. R. Picolo et sa copine L. J. Lama, D. Faye, Di. Faye et K. D. Daffé ont été déférés au parquet, ce lundi.

Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs, dénonciation calomnieuse, usurpation d’identité, complicité de collecte et diffusion de données à caractère personnel et faux et usage de faux.