Drogues et criminalités : Du laxisme dans le traitement des dossiers ?




Dakar est une plaque tournante de la drogue. Police, Gendarmerie, Douane et Marine nationale ont saisi au Port et large de Dakar, plus mille tonnes de cocaïne, démantelé le supposé gang de l’ex député Seydina Fall Bougazelli spécialisé dans le trafic de faux billets. Et aussi, entre autres, saisi des faux médicaments à Touba et à Darou Mousty. Pour autant, l’on se demande la suite donnée à tout ça!!!

Travail magnifié malgré la modicité des moyens
Du bon travail qui se poursuit dans un contexte de raréfaction de moyens logistiques. Même si cette oeuvre avant-gardiste de protection des populations renferme des failles. Quelle quantité de drogue et de faux médicament et autres produits prohibés a pu échapper aux mailles ? Ainsi, malgré les efforts des forces de défense contre le trafic de stupéfiants, de faux billets, la criminalité transnationale organisée et autres actes de vandalisme continuent d’avoir droit de cité sous nos latitudes.

Cette lutte contre ces dangers impose une présence renforcée des forces de l’ordre. Renforcer la capacité des forces de l’ordre à surveiller le territoire national et empêcher le trafic de produits prohibés ou d’individus suspects, doit être rigueur.

Soupçons de laxisme dans le traitement
Mais les ardeurs des forces de l’ordre sur le terrain sont quelquefois tiédis par des soupçons d’un manque de rigueur pour le suivi. Des soupçons souvent légitimés par des stéréotypes liés à la protection de gros bonnets. Ces deux camions chargés de médicaments d’une valeur de 1,4 milliard, à Darou Mousty, seraient rétrocédés, sous la pression, avec leur cargaison, aux convoyeurs.

Et que dit-on de cet autre cerveau de trafic de faux médicaments de Touba qui a pu obtenir la grâce présidentielle, alors que la procédure de jugement n’avait pas été épuisée ? Et de cette quantité importante de cocaïne volée au Port de Dakar ? Et ces faux billets scellés transformés en kleenex ?

Entre saisies et traitements, deux poids deux mesures
Tout compte fait, on a l’impression que l’effort fourni sur le terrain pour traquer ces faussaires et autres criminels achoppe sur le suivi des dossiers aussi bien à l’enquête préliminaire qu’aux auditions sur le fond. Parfois, on a du mal à remonter les filières, si ce n’est de mettre dans la nasse des lampistes