Guy Marius Sagna, le virus du régime Macky




Encore une autre arrestation pour Guy Marius Sagna. L’activiste totalise des dizaines d’arrestations sous le régime de Macky. Un casse-tête pour le régime qui voit en lieu un contestataire chevronné, déterminé et courageux. Il est surtout teigneux et infatigable. Et la prison ne lui pas peur. Contrairement à nombre de ses compatriotes.

Mais, tout cela, c’est le fruit d’une certaine forme d’acharnement contre sa personne.

La preuve ! Comment admettre qu’un citoyen soit arrêté parce qu’il est venu déposer une autorisation de marche ? Car, celui qui dépose une autorisation est un légaliste pour ne pas dire républicain. Et s’il s’en tient là, personne ne doit pouvoir l’arrêter.

D’ailleurs, il n’était pas seul car étant accompagné par d’autres membres de plateformes comme Aar linu book.

Certes, sur les réseaux sociaux, nous le voyons beaucoup discuter avec les policiers. Mais, ça aussi n’est pas illégal. A-t-il professé des menaces, des injures ? On aimerait bien comprendre de la part du Parquet le pourquoi de cette arrestation. Car, cela devient gênant.

Et les policiers autour de lui étaient tellement dans l’embarras qu’il a fallu qu’ils appellent leurs supérieurs pour la conduite à tenir. Et c’est certainement un ordre venu de la hiérarchie qui dû motiver son arrestation.

Malheureusement, du fait de ses multiples séjours dans les locaux de la police et au niveau de la prison, l’homme a banalisé l’institution judiciaire et ne développe aucune crainte révérencielle envers cette dernière.

C’est là la conséquence des confrontations multiples avec les forces de l’ordre et du fait que les autorités ont toujours réagi par la manière forte quand il s’agit de Guy Marius Sagna.

Si en effet Wade avait Y’en a marre, Macky a Guy à ses pieds ou qui lui casse les pieds. L’homme joue bien son rôle de groupe de contestataire face à un régime qui a fini de faire taire toute forme d’opposition digne de ce nom par la ruse, les subterfuges et parfois par la manière forte avec la Justice. Il agit comme un virus.

Imaginons un instant qu’il ait un homme politique de l’opposition de la trempe de Guy. Eh bien, Macky aurait difficilement les coudées franches et la maîtrise du jeu politique comme c’est le cas actuellement.

Alors, ce qu’il a eu en politique, il a du mal à l’avoir au niveau de la Société civile. Ces jeunes activistes lui laissent rarement de répit et jouent pleinement leur partition.

C’est pourquoi, il ne me semble pas que la bonne riposte soit justement la violence. Car, rappelons-le, l’Etat a le monopole de la violence tant qu’elle est légitime. Or le caractère légitime de la violence est liée au fait qu’elle est exercée pour faire face à un danger ou à un trouble grave à l’ordre public.

Et Guy ne présente pas un tel danger. Car, l’expérience a montré que toutes les marches autorisées n’ont jamais produit de violence. C’est justement l’interdit qui l’est.

Nous sommes, diantre, dans un Etat de droit. Nous ne pouvons pas éviter les contestations, les récriminations autres manifestations de mécontentement.

C’est pourquoi, ça suffit. Il faut arrêter d’arrêter Guy Marius Sagna. Il faut permettre à son mouvement de jouer pleinement sa partition de groupe de pression et d’accepter de l’écouter. Cela ne coûte rien. Les policiers en ont certainement assez de s’en prendre à lui alors que certains vrais délinquants sont libérés…

Macky ne peut croire qu’il va gérer ce pays en mettant tout le monde au garde à vous. C’est impossible. Ne serait-ce que parce que nous ne sommes pas dans un royaume.

Nous n’arriverons à rien si nous ne libérons pas les énergies, toutes les énergies. Et pour cela, il faudra commencer par permettre à ceux qui ne sont pas d’accord de le manifester dans les limites tolérables.

Car, peut-être, fondamentalement, ils n’ont pas toujours tort. Et que la vérité ne sort pas toujours de la bouche de ceux qui sont proches du Président de la République