Inquiétudes à la SAR: L’Usine complètement à l’arrêt depuis 3 semaines faute de Brut !




La Société africaine de Raffinage (SAR) est à l’arrêt. Ce, faute de brut, la matière première de l’Usine. En effet, le collège des délégués de la société déclarent que 25 jours après un premier l’arrêt total, des installations de la société connaissent encore «un autre arrêt pour les mêmes raisons que les précédents». «Le cercle vicieux et incompréhensible demeure et persiste toujours», dénoncent-ils.

Information confirmée par des responsables de la boîte

«Érigé en règle de gestion par nos différentes autorités (Etat, actionnaires et direction de la SAR), ce cercle vicieux finira par mettre à terre notre outil de souveraineté énergétique. La SAR assure actuellement sa mission d’approvisionnement par des importations et non par le raffinage, sa vocation première », indiquent les syndicalistes.

Ils se demandent pourquoi la SAR est aujourd’hui incapable d’assurer la fourniture correcte de la raffinerie en brut au moment où les cours mondiaux sont au plus bas. «En tout cas, les risques techniques (détérioration du matériel, sécuritaire, sureté́, pénibilité, usure du personnel…) et pertes commerciales (manque à gagner, surestaries, frais financiers énormes, pénalités sur les retards de paiements…) sont réels et insupportables pour la SAR», disent-ils.

Des responsables de la société, joints par iGfm, ont confirmé l’information. L’usine est bel et bien à l’arrêt depuis au moins trois semaine. Ce, faute de Brut. L’approvisionnement direct des ménages en électricité est-il menacé? IGfm a tenté de joindre les autorités de la boîte. Nous y reviendrons.