Intoxication alimentaire à Yeumbeul : Le jus de Bissap d’un anniversaire envoie 13 adolescents à l’hôpital




13 adolescents parmi un groupe de jeunes prenant part à une fête d’anniversaire à Yeumbeul ont été intoxiqués, après avoir bu du jus de Bissap. Ils ont été tous évacués au centre de santé Roi Baudouin de Guédiawaye.

Une fête d’anniversaire qui s’est malheureusement terminée à l’hôpital. A Yeumbeul – Nord au quartier Warouwaye l’émoi a gagné les populations qui, jusqu’à hier lundi 29 juin, ont continué de prier pour une suite heureuse de ce cas d’intoxication collective. Tout s’est déroulé dans la nuit du Dimanche 28 juin au domicile du nommé Youssouf Kanté, dont le fils Malick avait convié ses camarades pour fêter son anniversaire. Et comme toujours en de pareilles circonstances, la bouffe a été servie à gogo accompagnée de jus en tous genres, dont un à base partir d’hisbiscus, le fameux Bissap, rafraîchissement dont raffolent les Sénégalais en période de chaleur et lors des cérémonies. Hélas, cette fois, le jus n’était pas de bonne qualité, il était infecté (sic!).

Les jeunes en ont ingurgité de franches rasades tant et si bien qu’au milieu de la nuit, vers 23 heures, alors que la fête battait son plein, ils ont été pris qui de vomissements, qui de douleurs ventrales. Très vite, l’alerte est donnée. La police arrivée sur les lieux est suivie du véhicule des sapeurs-pompiers pour évacuer les treize adolescents au centre de santé Roi Baudouin de Guédiawaye. « Des véhicules particuliers ont également participé à l’acheminement des gosses », informe un conducteur de véhicule ‘clando’ du nom de Maodo, dont la voiture a été réquisitionnée.

Sur l’origine de l’intoxication, l’on soupçonne «un Gecko (Ounk)», préférant toutefois attendre les résultats de l’analyse du jus. On informe également que des treize adolescents, seul un est toujours gardé sous surveillance médicale. Pourtant, les douze autres qui avaient été autorisés à regagner leur domicile ont été à nouveau conduits au centre de santé hier lundi, dans la matinée parce qu’ils étaient toujours en proie à de «vives douleurs abdominales».

Le seul jeune gardé en observation et dont on souffle qu’il a été évacué vers l’hôpital « Idrissa Pouye » a vu son cas s’aggraver parce que souffrant également d’asthme. A Yeumbeul, au quartier Warouwaye, on croise les doigts pour lui.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.