« LE SUCRE DE LA CSS NE COUVRAIT PAS LE MARCHÉ »




Le Directeur du Commerce Intérieur, Oumar Diallo, répond aux agents de la Compagnie sucrière sénégalais (Css). Ces derniers manifestaient, il y a trois jours, contre la présence sur le marché sénégalais de près de 60 mille tonnes de sucre importé qui ont causé leurs méventes.

Pour M. Diallo, l’importation de cette quantité de sucre s’explique par le gap qui existe sur le marché. Elle obéit également à des normes. « La mise sur le marché du sucre importé obéit à une régulation. Elle est opérée à une période où la compagnie Css a terminé sa production locale sur le marché. Cette année, la période à couvrir était du mois de juillet jusqu’au mois de septembre, 3 mois de consommation pendant lesquelles la production de Css n’était pas en mesure de couvrir le marché. Nous avons alors évalué le gap », a-t-il expliqué sur les ondes d’Iradio (90.3).

Sur les 60 mille tonnes de sucre importé, la Css a un quota de 20 mille. C’est le restant qui a été attribué aux importateurs sénégalais. Pour le DG du Commerce intérieur, la protection de l’industrie locale reste une obligation de l’Etat. Mais, la présence des deux sucres sur le marché a toujours existé. « Le sucre étant une denrée alimentaire, elle obéit à la procédure de déclaration d’importation de produits alimentaires délivrée sur la base des quotas qui ont été attribués à chaque importateur y compris la Css. Il y a toujours une présence simultanée de ces deux sucres parce que le marché n’est pas associé pour autant. La protection de la production locale est fondamentale dans la politique de l’Etat. La Css est un outil industriel qui emploie des Sénégalais, rien que pour cela, nous lui devons une protection. Mais quelle que soit la protection que nous devons assurer à l’industrie locale, le Sénégal est signataire de conventions au niveau international », a-t-il déclaré




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.